Live Report

MANTICORA / MASTERSTROKE / ETERNAL FLIGHT - Le secret place / St Jean De Védas - 12/5/2008

 
Quel plaisir de pouvoir enfin profiter d’un concert des Danois dans notre pauvre pays de métalleux. Partis direction une nouvelle petite salle, le Secret Place à St Jean De Védas (à côté de Montpellier). Arrivés sur les lieux après avoir un peu tourné (une salle en pleine ZI facile à trouver !), je me retrouve devant une salle vide ! Heureusement Nicky du fan club d’Adagio est présente je ne serai pas seul. Voici le résumé d’un concert en 3 rounds.

Round 1 : La première gifle !
Avant l’entrée en matière avec les Français d’Eternal Flight, je discute un peu avec les membres du groupe, désolés de la pauvreté de ce soir. Mais rien ne les empêchera de monter sur scène, ni le cruel manque de personnes (si on est 10 c’est le bout du monde), ni le manque de synthé (Il n’a pas pu malheureusement se déplacer) ni même le fait d’avoir paumé le cd des séquences. Bref le groupe grimpe sur scène et envoie d’emblée trois titres du dernier album : « Edge of fire », « Under the sign of will » et l’excellente « Friends ». Le groupe délivre un show carré, bien rentre dedans, et se donne à fond malgré l’absence de public. Gérard est très en voix malgré les concerts cumulés (la veille ils étaient à Luynes pour le Rackham Festival, pour un très bon concert !!), Christophe délivre une excellente performance à la gratte, ce mec est un régal sur scène, il est toujours à fond !
Le son de cette petite salle est pas mal, loin d’être brouillon elle permet de bien profiter de la bonne musique proposée, qui poursuit avec « Next ones on the list », « Beyond (The golden Gate) » extrait du 1er album, « Deaf dumb blind » et se termine par un « Ghost (with a different soul)». Un concert plus que solide pour cette formation plus qu’intéressante, et fort charmante. Une nouvelle preuve du bon niveau des combos Français.

Round 2 : la droite qui fait mal quand tu t’y attend pas !
C’est au tour des Finlandais de Masterstroke de fouler les planches du Secret Place (en béton !). Ouvrant devant 5 pellés et un tondu (si, si c’est vrai) les Finlandais se donnent tout de même et délivrent un show bien convenable. Nico Rauhala, le chanteur guitariste, imposant, assure très bien les deux avec puissance et conviction, tout en faisant le pitre avec son ami guitariste, Markus Kekoni. Heureusement le public arrive un peu plus nombreux assister à une performance solide et d’une réelle puissance. Un bon gros heavy mélodique à la sauce finnoise. Une bien bonne découverte que voici, appuyée par des très bons titres comme « Turn away », seul titre que je connaissais ce soir. Tout ceci se termine par « Final journey », qui me fait dire qu’il y a du fort potentiel là dedans ! Un groupe à découvrir.

Round 3 : l’uppercut qui met K.O.
Juste avant l’apocalypse finale, recomptage des participants, 1,2,3…15 oh la, on a battu un record je ne pense pas avoir fait mieux.
Bon c’est pas tout mais les Danois prennent place, le public se concentre aux devants de la scène, et puis la bombe est lâchée : « Beauty will fade » arrache tout sur son passage, le son est très bon et permet de profiter et de la puissance dévastatrice du combos et de sa subtilité d’arrangements. Dès le début on est K.O, abasourdit par tant de maîtrise, le groupe se donne à 100% à l’image d’un Lars transcendé qui livre un combat face aux quelques fans, présents mais plus qu’enthousiasmés de pouvoir enfin profiter de leur groupes favoris.
Les deux « Gypsie’s dance » prennent le relais, sans réel temps mort et nous assomme, à tel point que je ne sais plus que faire, je n’arrive plus à chanter, ni même bouger tant la performance du groupe est bluffante.
« Cantos » ne nous permet pas de soufflet même Lars s’essouffle tant l’homme se jète dans la bataille à corps perdu, mais celui ci sera extraordinaire de charisme de puissance et de justesse, un Front-man de feu !! « The black cicus » remet une gifle qui fait plaisir, tout comme « King of the absurd », et pour nous achever un petit « Melancholic » parfaitement dosé pour nous anéantir. Plaese n’en jetez plus la coupe est pleine, mais c’est sans connaître nos infatigables Danois qui ne prennent pas le temps de descendre de scène et faire leur rappel mais nous le balance à la suite sans presque prendre le temps de souffler pour « A long farewell » et « Shadows with tales to tell » dantesque qui rend que tout heureux les fans présents.

C’est fini, le combat a été rude les 3 coups reçus ce soir vont laisser des traces, et c’est tout excité de ce moment que nous partageons avec les membres de chaque groupe, que je quitte cette petite salle pour me rentrer avec le sourire jusqu’aux oreilles, qui ne m’a toujours pas quitté.
Un grand merci aux 3 groupes pour leurs performances ainsi que leur sympathie et un grand bémol aux, encore une fois, peu de participations, un public qui se plaint toujours mais ne se bouge jamais le cul !! Un concert comme ça, ça ne se rate pas !!
 
Critique : Guillaume
Date :
Vues : 773 fois