Live Report

SONISPHERE FEST - Journée du 9 juillet

 
LOUDBLAST : A notre arrivée, beaucoup de monde réuni devant la petite scène. Forte ambiance et une bonne communication avec le public est déjà présente. Bon son également. Le groupe a une excellente présence scénique. Le public est déjà converti, les premiers pogos et slams de la journée sont lancés. Un bon groupe à découvrir sur scène. Une bonne mise en jambe !

ANTHRAX : On rentre dans le vif du sujet avec le premier groupe du Big 4. Changement radical d'ambiance. Tout le public s'est réuni devant la grande scène pour accueillir l'incontournable groupe qu'est Anthrax. Un groupe et un public en folie et déchainé. 3 écrans géants retransmettrent le concert pour ceux qui sont les plus loin. Pogos et slams sont de la partie. Un show parfait mais malheureusement trop court. On en redemandait encore un peu...

VOLBEAT : Changement de style. Un côté plus rock et plus enjoué se fait sentir dès le premier morceau. Le groupe semble s'amuser malgré une ambiance légèrement retombée. Les gars s'essaient sur un titre au sonorité country qui ne plait pas forcément à tout le monde. On en profitera d'ailleurs pour se rapprocher du bar !

SLAYER : De nouveaux mouvement général vers la grande scène pour le 2ème groupe du Big 4. A l'entrée du groupe, la foule s'est lancé dans des hurlements incéssant tout au long du set. Le groupe est au top, en forme et heureux d'être en France ! Les titres s'enchainent à trop grande vitesse. Ils seront d'ailleurs plus qu'acclamé à la fin du show mais programmation oblige, nous n'en aurons pas plus.

PAPA ROACH : Retour sur la petite scène pour accueillir les américains. Le public le plus jeune a pris d'assaut la fosse. Le groupe semble avoir eu un soucis technique qu'ils leurs a fait démarrer avec 15 minutes de retard. Ce qui a rendu plus hystériques et impatient les jeunes fans qui semblaient s'être déplacé que pour eux ! A l'entrée du groupe, les premiers piétinnement sont là et nous avons compris que leur set serait long, très (trop) long ! Leur son fait penser à du Tokio Hotel avec quelques années de plus. Les pogos et slams n'ont pas arrêter d'autant que le chanteur a eu la bonne idée de se jeter dans le public provoquant un écrasement général de la fosse. Bref, un groupe que nous oublierons (plus vite que son public) !

MEGADETH : 3ème groupe du Big 4. Les choses se renforcent, l'ambiance monte encore d'un cran pour applaudir Dave Mustaine et sa bande. Tout le public est réuni devant la grande scène, si bien qu'il ne reste plus personne du côté de la petite scène ! Le groupe enchaine les titres, de "A tout le Monde" à " Symphony Of Destruction". L'ambiance est électrique, la bière coule à flot. Un show très carré par des professionnels de longue date. Le show passe trop vite dans une chaleur presque étouffante. On en voulait plus et encore plus !
Pendant ce temps, les techniciens de Tarja s'affère sur la petite scène pour installer la seule frontwoman de festival...

TARJA : Avant dernier concert du festival et place d'honneur pour la Reine du Metal. Le show s'ouvre sur "Dark Star" et avec étonnement nous nous apercevons qu'une bonne partie du public est présente et déjà très rapidement conquise. Tarja est très heureuse d'être à nouveau en France et d'ailleurs nous le fait savoir à s'adressant au public en français. Les titres s'enchainent, quelques slams aussi notamment sur "Falling Awake" et "Stargazers". Une harmonie règne sur scène, une grand complicité entre tous est omni présente. Que du bonheur ! Le set est malheureusement trop court mais pari réussi et défi relevé !

METALLICA : Que dire ! THE show du festival ! Les plus de 40 000 spectateurs sont en masse devant la grande scène. L'ambiance promet d'être chaude ! Le show s'ouvre sur "Hit the Lights" et enchainement immédiat sur "Master of Puppets"... et déjà les premiers effets pyrotechniques donnent une idée du show qui nous attends. Le groupe jouera pendant plus de 2 heures mêlant morceaux qui dépotent et balades classique tel que "Nothing Else Matters". La fatigue semble tout de même se faire ressentir chez les festivaliers. Malgré une fosse toujours très enjoué, le fond est beaucoup plus calme et assis par terre assistant au show via les écrans géants. Le groupe est ravi de participer à ce show unique en France. Le concert se conclue sur un magnifique feu d'artifice qui sonne la fin de cette première édition française du Sonisphere Festival.
Il est temps pour tous les metalleux de quitter le site (ou de rejoindre sa tente) avec en mémoire une journée (ou un weekend) inoubliable. Soulignons la très bonne organisation qui a rendu ce festival très agréable tout au long de nos très longues journées debout !
A l'année prochaine Sonisphere !!!

Laurence & Elodie (www.winterstorm.fr & www.winterstorm.fr/forum)
 
Critique : Guillaume
Date :
Vues : 679 fois