Live Report

METAL'FEST - JAS ROD Penne Mirabeau - 12/04/2013

 
S'il est un groupe que les Seigneurs Du Metal suivent depuis ses débuts, Heavenly fait bien partie de ceux-là ; et ce, dès la sortie de leur premier album Coming From The Sky, en 2000, jusqu'au dernier en date Carpe Diem (sorti en 2009). Votre serviteur (ainsi que Lionel) ont même parcouru la France (Paris, Toulouse, Le Cannet, Lyon, Clisson, Saint-Rémy de Provence, Montpellier, Vouziers, Carcassonne) et même l'Europe (Allemagne, Hollande) afin de suivre leurs prestations live, avec plus ou moins de réussite certes, mais avec une envie et une bonne humeur toujours débordantes.
Les Seigneurs Du Metal se devaient donc d'être partenaires du concert de ce soir, qui plus est, avec les talentueux Marseillais Galderia et Pryde en guise de premières parties de très haute volée.


On démarre avec une soirée heavy metal mélodique et bougrement puissante avec Galderia. L’occasion est parfaite pour le groupe qui présente une partie de son album The Universality. Malgré un problème technique (la toute nouvelle guitare de Seb plante en début de concert), le combo, plus soudé que jamais –avec l’arrivée de Lionel à la basse et Tom qui remplace Seb au chant de fort belle manière lors de cet incident- distillera son heavy (très) entraînant et festif, et recueillera applaudissements et félicitations de la part d’un public conquis. Les nouveaux titres (NdSS : même s’ils avaient déjà été joués sur d’autres concerts) explosent littéralement tout sur scène et cerise sur le gâteau, Galderia joue le hit « Sundancers » dans la configuration cd, c'est-à-dire en présences de Val (Pryde) et Pierrine aux chants. Même si mon collègue Nico se trouvait ce même soir à Pratteln pour Avantasia, de notre côté, nous avons également eu droit à notre petit Avantasia ! Mission remplie pour Galderia et ses Galderiens de plus en plus nombreux au fil du temps.

Setlist Galderia :
Beyond the cosmic winds (The Universality)
The universality (The Universality)
Out of control (Royaume De L’Universalité)
Rise, legions of free men (Rise, Legions Of Free Men)
One million dreams (The Universality)
Sundancers (The Universality)
Farspace (The Universality)
Land of Galderia (Rise, Legions Of Free Men)


S’en suit la prestation de Pryde, qui nous propose un set accès sur son deuxième album « Psychocentesis », avec six titres (cf. setlist). Déjà testés sur des dates précédentes, quelques morceaux font déjà office de classiques, tels que « Trapped in a dream » ou « Illusive faith ». Il faut dire que le groupe a fait preuve de beaucoup de malice en mettant en ligne ces deux titres sur Internet avant la sortie de l’album afin de faire choisir au public lequel aurait droit d’avoir un clip (NdSS : c’est « Illusive faith » qui a remporté le duel). Les Marseillais mettent le feu dans un Jas’ Rod qui n’attendait que ça. Afin d’alimenter des futures vidéos du concert, Val (chant) n’arrête pas d’haranguer le public pour faire un « putain de bordel ! », et ce dernier ne se fait pas prier pour pogoter ou slamer. Pryde muscle son jeu, Pryde marque de plus en plus de points.

Setlist Pryde :
Birth of dementia (Psychocentesis)
The point of no return (Psychocentesis)
Cold light (Psychocentesis)
Purgatory (Absence Of Light)
Psychocentesis (Psychocentesis)
Trapped in a dream (Psychocentesis)
Escape (Absence Of Light)
Illusive faith (Psychocentesis)


Tête d’affiche de cette première soirée, Heavenly assure avec professionnalisme et bonne humeur en proposant un show aux sons et lumières irréprochables. La setlist se rapproche d’un best-of et tous les hits du groupe retentissent à l’unisson et acclamés par un public à la fois réceptifs et participatifs. La bande à Ben Sotto le remerciera en lui offrant un deuxième rappel aussi impromptu qu’apprécié. Ne reste plus qu’au groupe de nous proposer un album de bonne qualité afin de renouveler un peu sa setlist, qui n’a guère changé depuis plusieurs mois.

Setlist Heavenly :
Carpe diem (Carpe Diem)
Spill blood on fire (Virus)
Lost in your eyes (Carpe Diem)
A better me (Carpe Diem)
Sign of the winner (Sign Of The Winner)
Liberty (Virus)
Riding through hell (Coming From The Sky)
Solo Olivier
Virus (Virus)
Dust to dust (Dust To Dust)
When the rain begins to fall (Virus)
Rappel :
solo Piwee
Fullmoon (Carpe Diem)
Rappel #2 :
Lost in your eyes (Carpe Diem)

Conclusion :
Un Metalfest qui démarre sur les chapeaux de roue avec plus de 200 personnes présentes. L’organisation assure ; et groupes et publics auront assurément passé une superbe soirée.
 
Critique : Secret Sfred
Date :
Vues : 860 fois