Live Report

CHILDREN OF BODOM - L' Usine (Istres) - 06/11/2013

 
Un mois après avoir accueilli Finntroll, l'Usine d'Istres continue à faire dans le scandinave. En effet, leurs compatriotes de Children Of Bodom débarquent en terre sudiste pour la première fois de leur carrière, fait assez rare pour être souligné tant le concert de ce soir se révèlera excellent.

Malheureusement (ou pas), on passera rapidement sur la prestation de Medeia. En effet, votre serviteur n'arrivant qu'à la fin du show des Finlandais, sur le titre "Misery prevails", difficile de juger leur death metal alternatif objectivement, mais cela ne semblait pas respirer l'originalité.

On enchaîne avec les Polonais de Decapitated et on sent d’entrée de jeu que les gaillards veulent en découdre et latter du popotin à coup de blast !
Leur death technique est carré et envoie du lourd. Dès "Pest", le ton est donné, le son est lourd, le chant de Rafal est caverneux, puissant et met le public en transe. Ça circle pit, ça hurle, le tout dans une bonne ambiance.
Même si le groupe nous livre surtout des extraits de son dernier opus Carnival Is Forever, tels "404" ou "Homo Sum" (cf. setlist), il trouve une belle façon de conclure son set en balançant un des rares morceaux venu du passé à savoir "Spheres of madness". Bref, quarante minutes de tuerie, une bonne claque et on est prêt pour le clou du spectacle.*

Setlist Decapitated :
- Pest (Carnival Is Forever)
- 404 (Carnival Is Forever)
- Lying and weak (The Negation)
- A view from a hole (Carnival Is Forever)
- Flash-B(l)ack (Organic Hallucinosis)
- Homo Sum (Carnival Is Forever)
- Spheres of madness (Nihility)

C'est sur les coups de 21h30 que les sales gosses nordiques de Children Of Bodom débarquent sur scène. Cette dernière est moins impressionnante (cf. celle sur le "Are You Dead Yet ? Tour" de 2006), mais très efficace et maline : des panneaux vidéos ornent le fond de la scène et diffuseront des images en accord avec les morceaux joués tout au long du concert. Nous aurons donc droit à des anneaux rouges sur "Halo of blood"", à des lunes sur "Bodom after midnight"", à des éclaboussures de sang sur "Blooddrunk"" ou à des bris de glace sur "Hate me!". Évidemment, les célèbres lettres scintillantes COB font également plusieurs apparitions (comme sur "Towards dead end"" par exemple) sur ces écrans, ainsi que les paroles du refrain de "Are you dead yet ?"". Bref, voilà là une optimisation maximale du décor !
Au niveau du son, rien à dire, tout est carré et tous les instruments sont parfaitement audibles ; point primordial pour qui a déjà vu le groupe plusieurs fois sur scène. Ce soir, autant la voix d'Alexi que les soli de guitares et de claviers sont très distincts et ne se bouffent pas les uns les autres.
Visuellement, en dehors des écrans vidéos, les lumières sont très variées et collent parfaitement à chaque morceau. On aura même droit à des boules à facette sur la ballade ""Dead man's hand on you"" !
Ce morceau (dispensable ?) ralentira un peu un show qui avait démarré tambour battant (cf. setlist) ! Car même si Alexi ne cesse de défendre les 2 albums précédents leur dernier en date, et refusant d'admettre que Halo Of Blood signe un retour aux sources, les fans ne sont pas dupes. En effet, si aucun titre de Relentless Reckless Forever et seul le titre éponyme de Blooddrunk sont présents ce soir, ce n'est certainement pas un hasard.
Pour revenir à la setlist, il est à noter que cette dernière aura été différente pour chaque date française (Paris, Toulouse, Istres), les sales gosses se seraient-ils assagis ? Oui et non. Oui, car les musiciens sont devenus incroyablement précis et (car) concentrés. Tous les soli d'Alexi et Janne ont été parfaits. Point de duel cette fois-ci mais l'osmose était tout de même là et c'est un bonheur d'entendre nos morceaux favoris joués à la perfection. Non, car chassez le naturel il revient au triple galop, comme on dit : multiple crachats aériens et autres "fuck", "fucking" et "motherfuckers" de la part d'Alexi, nonchalance exacerbée de Janne (mais il est tellement talentueux que ça en deviendrait presque agaçant !)...
Mais bon, quand un groupe nous enchaîne un "Towards dead end" avec un "Hate me !" sans transition, on lui excuse tout.
Et également mention spéciale à Henkka qui nous avoue en français dans le texte qu'il est fan de foot et que l'Olympique de Marseille joue en ce moment (NdSS : Naples - OM en Ligue des Champions).

Comme souvent avec eux, 1h20 de concert c'est bon mais trop court. Heureusement que le groupe aura été irréprochable et semble repartir sur d'excellents rails, en atteste leur dernier opus studio Halo Of Blood. Les gamins d'autrefois seraient-ils entrés dans l'ère de la maturité ? J'imagine déjà la réponse d'Alexi :"fucking maturity ? Fuck you !"

Setlist Children Of Bodom :
- Sixpounder (Hate Crew Deathroll)
- Living dead beat (Are You Dead Yet ?)
- Needled 24/7 (Hate Crew Deathroll)
- Halo of blood (Halo Of Blood)
- Scream for silence (Halo Of Blood)
- Bodom after midnight (Follow The Reaper)
- Lake Bodom (Something Wild)
- Hate crew deathroll (Hate Crew Deathroll)
- Dead man's hand on you (Halo Of Blood)
- Are you dead yet ? (Are You Dead Yet ?)
- Blooddrunk (Blooddrunk)
- Angels don't kill (Hate Crew Deathroll)
- Towards dead end (Hatebreeder)
- Hate me ! (Follow The Reaper)
- Downfall (Hatebreeder)
Rappel :
- In your face ! (Are You Dead Yet ?)

* report Decapitated par SBM
 
Critique : Secret Sfred
Date :
Vues : 737 fois