Live Report

TEMPERANCE - QANTICE - Ninkasi Kao - Lyon - 16/2/2016

 
Les Parisiens de Qantice sont, cette fois-ci, les premiers à monter sur scène. En effet, lors du show en la capitale, le groupe, jouant à domicile, a pu performer en deuxième position. Preuve que la bonne ambiance était au beau fixe entre les trois groupes sur cette tournée, et ce n’est pas non plus cette date lyonnaise qui contredira ces faits.
Le nouveau chanteur David Akesson ne perdra pas de temps à se mettre le public dans la poche par son chant ultra précis et agréable, ainsi que par ses interventions en Français. Le Suédois n’est pas le seul à assurer, en effet, le chevalier blanc Tony Beaufils, assure soli rapides et techniques à la guitare, tandis que Yosh Otias lui répond de la même manière via son violon. Dommage que le son soit parfois brouillon et pas assez épuré pour apprécier chaque note à sa juste valeur. Rappelant les glorieuses heures du speed metal du début des années 2000, l’ombre Helloween, Malmsteen ou Symphony X n'est jamais bien loin. On peut même imaginer les titres de The Cosmocinesy (cf. setlist) ne pas dépareiller sur l’album Coming From The Sky de leurs compatriotes d’Heavenly. Le dernier album intitulé The Phantonauts est évidemment mis en avant, avec les brûlots « Phantonaut », « Slayers' jig » et le final « Giant of embers ». A la fin du set, les membres de Temperance et Luca Turilli’s Rhapsody rejoindront même le combo sur scène afin de fêter ce dernier concert ensemble. Sympa !

Setlist Qantice :
1. Bygones / Epic fail (The Phantonauts)
2. Hoverland (The Phantonauts)
3. Phantonaut (The Phantonauts)
4. The question (The Cosmocinesy)
5. Slayers’ jig (The Phantonauts)
6. Megantrop (The Cosmocinesy)
7. Giant of embers (The Phantonauts)

On enchaine avec les Italiens de Temperance. L'intro du titre « Oblivion » retentit et les musiciens déboulent sur scène, emmenés par la chanteuse Chiara Tricarico, mais c'est finalement le guitariste / chanteur Marco Pastorino qui attire tous les regards. En effet, ce dernier officie également dans le groupe de heavy speed metal Secret Sphere, et semble complètement débridé dans son second groupe. Véritable pile électrique, il est aussi agréable à entendre (quelle voix claire !) qu'à voir sur scène. Chiara, quant à elle, oscille entre chant clair et lyrique, voire même quelques passages gruntés. Forcément, tous ces styles de chants peuvent renvoyer au combo Amaranthe, mais Temperance garde son identité et les morceaux se veulent très variés et complémentaires. La qualité intrinsèque des titres provient en grande partie des rythmiques lourdes à souhait et d'une faculté à pondre des refrains terriblement mélodiques. De ce fait, il est difficile de ne pas succomber aux hits que sont « Oblivion », « Hero » ou « Me, myself & I ». Et la fin du set avec le tube « Deja vu » clôt les débats de la plus belle des manières. Le seul éventuel petit bémol serait l'absence du titre « Breathe » (pourtant single du premier album et même agrémenté d'un clip), mais c'est bien pour chercher la petite bête. Le public ne s'y trompe d'ailleurs pas et gratifie le combo de chaleureux (et mérités) applaudissements. Une proximité et un début de carrière qui nous rappellent les premières heures d'Epica ou Delain, et entrouvrent de très belles perspectives. À n'en pas douter, Temperance est un groupe sur lequel il faudra compter dans les années à venir.

Setlist Temperance :
1. Oblivion (Limitless)
2. Hero (Temperance)
3. Amber & fire (Limitless)
4. Save me (Limitless)
5. Mr. White (Limitless)
6. Me, myself & I (Limitless)
7. Deja vu (Temperance)
 
Critique : Secret Sfred
Date :
Vues : 452 fois