Live Report

INNER REFLECTIONS - BUTCHER'S RODEO - RISE OF THE NORTHSTAR - JAS ROD - 4/12/2016

 
C'est la deuxième fois en très peu de temps que SBM et moi nous laissons embarqué pour le JAS ROD près de Marseille, et c'est pour du Hardcore 100% made in France que nous retentons l'aventure. Pas notre registre de prédilections, mais une chose est sûre, la scène parisienne qui émerge dépassent de loin l'élite New-Yorkaise... à part peut-être sur l'accent anglais ? /joke.

Le show démarre avec les gars d'Inner Reflections. Sympa pour démarrer mais qu'un son en dessous de tout a fait couler. Malgré l'énergie et l'attitude positive, impossible de faire l'impasse sur une musique qui se réduit à un duo symbale-chant. Dommage.

Butcher's rodeo
Mer-sisi la famille

Vient ensuite le tour du groupe emmené par Vincent Peignart-Mancini (AqME). Un son bien gras, une énergie explosive, le groupe propose la version Hardcore d'un mélange de Lamb of God et Bring me the Horizon. C'est brutal, mais plein de sensibilité, bourré de breakdown, mais aussi terriblement groovy. Très métal, mais aussi tellement 9-3 dans l'esprit. Déroutant.
Quoi qu'il en soit, la formule cartonne. Tous les membres du groupes sont extrêmement présent pour le public, jusqu'à aller clôturer le show avec TOUT les membres dans la la fosse, et déclencher un bon circle pit autour de la batterie. Grosse prestation !

Rise of the Northstar
Enfin une succession à Pleymo

Apparaissent enfin les héros du jours, dans un registre beaucoup moins spontané et très, TRES codifié. Basquettes noires, chaussettes blanches, costumes. ROTNS joue la carte manga japonais à fond avec un décor très personnalisé et une B.O de Manga 90's en guise d'introduction. Une démarche générale qui rappelle très nettement la période Medecine Cake de Pleymo, où toute la team nowhere rêvait de partir à la conquête du monde. Dommage de ne pas pouvoir partager avec vous quelques photos, car cela aurait valu le détour. Il faut signer un accord, vous comprenez...

...Il faut dire que l'humilité n'est pas la valeur première défendue par le groupe. L'ambition conquérante, et la virilité masculine de la culture hip-hop transpirent de leur samouraï spirit. Leur hardcore est abrasif, et n'hésite pas à puiser dans le Thrash ses envolés les plus énervés et ses solis virtuoses qui défouraillent. Une particularité qui donne tout son intérêt à ce registre habituellement monotone. Une grosse tarte dans la tronche en live !

Rise of the Northstar s'affiche donc comme la future réussite en matière de métal français. Musicalement solide, le groupe s'appui surtout sur une stratégie marketing qui cible 15-35 ans. C'est donc sans surprise que la B.O de Ghost in the shell clôture cette soirée. Bye bye kusogaki-san ! Ouais, non, tu pe pa test...
 
Critique : Weska
Date : 4/12/2016
Vues : 140 fois