Live Report

SLIPKNOT - AVATAR - Arènes de Nîmes (01-07-2019) - 9/7/2019

 
Alors que je ne suis toujours pas remis du Hellfest, me voilà de retour dans l'Arène... oui je sais j'ai de l'humour.
Mais on est pas là pour parler de ça... En ce 1er Juillet, sous une chaleur infernale, les américains de SLIPKNOT viennent foutre le bordel aux Arènes de Nîmes. La prestation se joue à guichet fermé et au risque de me faire jeter des cailloux, je suis plus là pour le groupe d’ouverture que pour la tête d’affiche !
Et oui ! AVATAR et moi c’est une grande histoire d’amour et quand j’ai appris qu’ils ouvraient j’ai fait des bons !

Ainsi après deux pintes (il faut au moins ça pour s’hydrater à 38°C) les suédois arrivent sur une scène étonnement petite, mais devant un public de connaisseurs… Peu de connaisseurs je le concède mais il y avait des fans et ça fait chaud au cœur !
Il y aura cependant une petite déception : la durée du set. 30 minutes c’est VRAIMENT trop court. Quand on sait ce que les suédois sont capables de déployer comme énergie sur scène je trouve que c’est gâcher.
Malgré ce laps de temps Johannes arrivera à s’accaparer l’attention des novices et bien sûr des fans avec le charisme dont lui seul a le secret. Les titres joués seront les hits les plus incontournables tels que « Bloody Angel », « Hail The Apocalypse », « The Eagle Has Landed ». Il reste une saveur amère en l’absence de « The Tower » ou « New Land », mais contentons nous de ce que l’on nous donne.
Un peu plus d’un an après leur dernier passage je me rend compte que je suis toujours absolument fan de ce groupe.
Je fête donc ça avec une autre bière et attend la venue des mastodontes.

A quelques éléments près, le set de SLIPKNOT sera quasi identique à celui du Knotfest et cela jusque dans les discours de Corey. Je ne me fais toujours pas à son nouveau masque, mais c’est un détail.
Le rideau tombe, enfin… pas exactement… se volatilise par un procédé génial, laissant le groupe mettre son premier coup de masse avec « People = Shit » sur lequel je sacrifie une corde vocale.
Le set est taillé pour envoyer du lourd, avec des morceaux comme « Sic », « The Heretic Anthem », « Psychosocial » ou le plus récent « Unsainted ».
Les lights sont absolument sublimes, la scène gigantesque, Sid n’hésitant pas à danser dès qu’il le peut, pour « occuper l’espace ». Les titres pleuvent sur le public avec une efficacité rarement vu sur un concert. La ferveur de ce dernier est juste exceptionnelle, pas de violence d’aucune sorte mais 100 % des paroles seront scandées par les nîmois.
Une gros respect au public qui explosera sur les « Disasterpiece », « Before I Forget », et surtout « Duality » (là c’était le summum de la joie dans les Arènes). Je me suis délecté du « Devil In I » que je trouve toujours excellent.

Les nouveaux titres passent bien et je suis surpris d’apprécier grandement le « All Out Life » qui arrive à un moment du set un peu plus calme… Quelle claque ! Corey Taylor fait un show époustouflant et prouve (est-ce bien nécessaire) qu’il est un frontman accompli. Il sera secondé pour chauffer le public de ses deux acolytes percussionnistes qui comme à leur habitude headbangerons à s’en péter les cervicales.
Je retiendrai deux faits très marquants pendant cette heure et demi de concert : Shawn Crahan qui descendra de son trône pour aller saluer UN PAR UN les personnes à mobilité réduite et faire des photos avec eux. Une geste déjà magnifique mais qui a une sensibilité toute particulière après les tristes événements familiaux que le monsieur a subi. Un grand Homme que je respecte au plus haut point.

Et enfin, le dernier petit truc est arrivé en fin de set pour « Spit It Out » (ça a achevé tout le monde). Vous connaissez cette « tradition » qui consiste à faire asseoir le public pour le faire sauter après. Une sorte de Wall Of Death vertical quoi… Et bien en général (99 % des cas), seulement 10 % du public se plie à la demande. Ici, aux Arènes, le 1er Juillet : record absolu car l’intégralité du public a joué le jeu. Je n’avais jamais vu ça !! Et c’était fantastique.

Un un mot comme en cent : putain ! Mais quelle soirée !! Le groupe et son public sont aux anges, une vraie communion s’est faite ici avec un amour presque palpable. Malgré l’absence de « Wait And Bleed » les américains ont prouvé qu’ils sont un groupe de scène qui compte dans les poids très lourds ! Merci à eux !

SETLIST AVATAR :

1. Hail The Apocalypse
2. A Statue of The King
3. Let It Burn
4. Bloody Angel
5. The Eagle Has Landed
6. Smells Like A Freakshow

SETLIST SLIPKNOT :

1. People = Shit
2. (Sic)
3. Get This
4. Unsainted
5. Disasterpiece
6. Before I Forget
7. The Heretic Anthem
8. Psychosocial
9. The Devil In I
10. Prothetics
11. Vermilion
12. Custer
13. Sulfur
14. All Out Life
15. Duality

Rappel

16. Spit It Out
17. Surfacing
 
Critique : SBM
Date : 9/7/2019
Vues : 144 fois