Chronique

BLACK CANDY STORE - PRESSBOOK 2009 / Autoproduction 2009

Il n’est pas vraiment dans les habitudes du webzine de faire des chroniques de ce genre de produit, mais là c’est un peu différent. Pourquoi, vous vous demandez, et bien tout simplement parce que ce groupe m’a tout simplement troué le cul !! (Cela va de soit que je parle d’être impressionné, toute autre pensée est bannie).
Aller, petite présentation : BCS (ça ira plus vite) est originaire du sud de la France (vers Montpellier) et ce quatuor nous propose un savant mélange de Rock qui j’en suis sûr va botter des culs par milliers.

Aller je me lance, « Someday » arrive, avec attente, puis ça part ! Première constatation le son de ce produit est extra, la guitare de Julien sonne avec une chaleur qui vous prend à l’intérieur, la voix d’Arnaud est splendide, posée, réfléchie, douce et d’une caresse suave. La batterie un léger roots, accompagnée d’une basse bien ronde, confèrent un groove ultra percutant. Niveau musique nous avons droit à du rock, mélange gracieux de nerveux et de douceur. Un super bon premier titre agrémenté d’un refrain magique.
« Recoll » débute sur une grosse guitare qui n’est pas sans rappeler le très bon deuxième album d’Audioslave. Rajouté à cela, le jeu recherché d’un Nuno Bettencourt (lors de sa carrière solo), et vous aurez le résultat de ce deuxième titre, qui fait monter en vous l’intensité et l’excitation. Encore une fois le refrain est le point d’orgue des chansons. Cette fois-ci, plus soft, il prend à contre pied l’auditeur et l’invite dans un autre univers où la voix aérienne d’Arnaud embaume le tout. Du très, très grand art.
Une petite ballade américaine prend place dans vos oreilles et continue de vous faire voyager. « Wounded » est encore un pur régal, qui vous charme petit à petit. Sérieusement je me demande combien de temps ça fait que je n’ai pas entendu un groupe de cette qualité, qui plus est, Français (Cocorico !!).
Après cette douce envolée aux pays des cow-boys « Bittersweet euphoria », est une autre ballade qui me rappelle les travaux de Mr Bettencourt aussi bien dans le dernier Extreme (Saudades de rock) qu’en solo (Mourning Windows et Dramagods aussi). Une mélodie travaillée et une voix qui porte sur ses épaules toutes les nuances et les émotions. Franchement digne de la paire Cherone/Bettencourt, sans en rajouter. Une sublime complainte musicale, qui me fait dresser tous les poils à chaque écoute.
Pour finir ce tour de présentation la groovy « Humility » qui elle aussi ressasse des souvenirs d’Extreme (l’une des influences majeure du groupe), avec un tel brio. Comme tout le reste un titre recherché qui nous procure que de bonnes sensations.

Conclusion : et bien voilà une excellente surprise !! Un groupe au potentiel ahurissant, aux idées lumineuses, qui m’a flanqué une sacrée gifle. Sérieusement un des meilleurs groupe que j’ai entendu. J’espère de tout cœur, qu’ils trouveront un label qui les fasse exploser et découvrir au plus grand nombre de personnes. Du bonheur tout simplement.
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Vues : 4849 fois