Chronique

BIBLE OF THE DEVIL - FREEDOM METAL / Cuz del sur music 2008

Les rock’n’rolleurs métalleux de Bible of the devil débarquent avec un nouvel album de pur métal animé par des Les Paul accouplées aux bons vieux Marshall dixit Mark Hoffman sont leaders.

On entre donc dans ce grand moment de True métal pour hommes virils avec un « Hikack the night » qui ma foi, ne semble pas dégeux. La suite très Motorhead, fait plaisir aussi jusqu'à l’arrivée de la voix et là c’est le drame. En plus d’une prod un peu sèche (mais bon le style le veut bien aussi) notre voix est irritable. Dommage car ce heavy rock semble plaisant. On poursuit avec « Night oath » sachant déjà que ça va être très dur d’apprécier. Heureusement pour le groupe que musicalement leur heavy rock très 80’s (quelques relents Iron Maiden) est tout de même bien joué et trouvé, mais j’adhère pas cette fois ci. Un titre qui semble sortir d’un vieil album du début des années 80, tant il y a de ressemblances.
Toujours dans notre bon vieil esprit « The turning stone » est plus mélodique, et Mark Hoffman, de sa voix particulière monte plus haut. Une sorte de Ozzy Osbourne sur-vitaminé qui s’excite sur un mid tempo bien vu. On r’accélère le mouvement pour un « Womanize » qui déboîte pas mal. Finalement avec un bien meilleur chanteur Bible of the devil serait largement plus intéressant à la vue de leur compos solides et sympathiques.
Une petite ballade pour un « Heat feeler » bien festif, qui bon, ne fait ni chaud, ni froid, une espèce de Gary Moore aux vieux airs celtiques sans conviction. Un nouveau point en moins, bien trop celui là. On parlait de Gary Moore et « Ol girl » rappelle inévitablement Thin Lizzy, le talent de notre immense feu Mr Lynott en moins (c’est même un blasphème de les comparer). Un titre plus rythmé qui passe mais donne plus envie de se mettre un bon Thin Lizzy, que de poursuivre ce ‘massacre’.
Tient Ozzy et Black Sabbath réunis le temps d’un « Greek fire » tant on croirait entendre nos vieux idoles. Ouais bof… toujours pas grand chose à se mettre sous la dent mais là ça empire largement. Enfin on est à la fin qui se nomme « 500 more » (ils sont fous) qui est un manque de nouveauté affligeant. Un mélange entre les premiers Maiden et Black Sabbath, mais la réussite en moins, largement moins.

Conclusion : et bien je suis extrêmement déçu par ce combo, qui semblait fort intéressant. Comme vous l’aurez compris les gémissements de son chanteur m’ont gâché mon plaisir en plus de leur volonté de copier leurs idoles sans rien ajouter. A oublier.
 
Critique : Guillaume
Note : 5/10
Site du groupe :
Vues : 4837 fois