Chronique

STRATOVARIUS - POLARIS / Edel music 2009

Voici ce qu’on pourrait appeler une belle surprise. Après le départ inopiné de Timo Tolkki, pour fonder son Revolution Renaissance, voici que ses anciens compagnons de route décident de poursuivre l’aventure en engageant un nouvel as de la 6 cordes, Matias Kupiainen. Aujourd’hui le résultat de ce nouveau départ s’appelle ‘Polaris’ et voyons voir si ça les a guidé vers le bon chemin.

Un petit « Deep unknow » de derrière les fagots débarque et première constatation ce Strato là à sacrée allure. Un très bon premier titre sur lequel tout le monde retrouve sa place à merveille. Le petit nouveau, à qui je trouve des airs de Michael Romeo, s’en sort bien, même s’il n’a pas la classe de Mr Tolkki. Après une entrée en matière fort prometteuse, « Falling star » poursuit avec un Jens Johansson plus mis en évidence, sur ce mid tempo progressif. Certes j’avoue que tout ceci rappelle plus Kotipelto en solo, que Strato, mais force est de constater que le groupe y met tout son cœur.
Longue intro pour « King of nothing » avec encore Mr Johansson en avant. Un autre mid tempo plus proche de l’ancien répertoire qui fonctionne à merveille. Timo Kotipelto qui a retrouvé son chant habituel est très à l’aise. Peut-être pas le titre le plus marquant mais de bonnes idées sont à noter (ainsi qu’un formidable Jens). Avec « Blind » on change de répertoire avec un speed, qui envoie des pieds. Malgré son intro calme au clavecin, la suite elle déboite sa mémé en short !! Ça faisait quelques temps que nos Finlandais n’en avaient pas fait.
Après un bon speed rien de mieux qu’une bonne ballade. « Winter skies » est celle-ci. Un bon moment comme on en a déjà connu par le passé, toujours bien porté par un Timo étincelant. « Forever is today » accélère le rythme sur un speed décapant qui montre que notre petit Matias sait jouer ! Du pur du dur, il manque plus que la patte Tolkki et on y est !
Comme quoi, ils ont bien fait de poursuivre (ah la, la quel refrain, un futur must !).
Place à « Higher we go » une sorte de single comme le groupe nous en pond depuis 9 ans. Sympa, il fait son petit effet, mais ne restera pas dans les annales.
Par contre « Somehow precius » risque elle de marquer les mélodistes avertis. Une très belle ballade toute docile, qui fait du bien. Malgré le départ de son principal compositeur Stratovarius a toujours de bonnes idées. Mon coup de cœur de l’album !
Ah le mid tempo oriental à la Babylon, qui est toujours aussi somptueux ! « Emancipation suite (Part 1 Dusk) ». Dommage que quelques longueurs se fassent sentir car quel refrain. « Emancipation suite (Part 2 Dawn) » est tout aussi soft. Je trouve malheureusement, malgré la qualité de ces deux titres, que ça plombe un peu le rythme de l’album. Peut-être un peu trop.
Par contre la fin est d’une beauté angélique ! « When montains fall » est la ballade acoustique à la Forever, qui clôture d’une manière conventionnelle un album de Strato, et surtout avec le même résultat. Tout simplement sublime !

Conclusion : et bien je suis que plus rassuré avec ce Polaris. Je le dis d’entrée la classe d’avant a disparue mais il faut bien reconnaitre que pour un groupe amputé de son leader, ils s’en sont plus que bien sortis avec un album varié et accrocheur. Alors oui, vive Strato nouvelle mue et merci d’avoir continué !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 5325 fois