Chronique

CHICKENFOOT - CHICKENFOOT / Redline Entertainment 2009

Aux Etat Unis les supers groupes on connait, c’est pas vraiment légion, mais c’est souvent. Malheureusement souvent ces supers bands ne tiennent pas souvent la route, mais aujourd’hui celui qui va être présenté a vraiment de quoi faire saliver. Sammy Hagar (Montrose/ Van Halen), Michael Anthony (Van Halen), Chad Smith (Red Hot Chilli Peppers) et Mr Joe Satriani, se sont réunis pour un disque fort prometteur. Est-ce que le disque est à la hauteur des espoirs ?

« Avenida revolution » est la première réponse à nos questions. Un super titre qui permet à nos protagonistes de se dégourdir. Sammy est très en voix malgré ses 62 ans, Joe étincelant en format groupe, la frappe de Chad est splendide et Michael un peu en retrait groove de tout son cœur. Musicalement rien de nouveau et on n’est pas non plus dans le big rock des frères Van Halen. Ici c’est un hard moderne classique mais qui pète bien. Le solo de Mister Satriani est une pure merveille. Sans éblouir Chickenfoot pose de bonnes bases vite explosées par un « Soap on the road » qui groove comme c’est pas possible et te donne des envies de bouger ton cul jusqu'à plus soif. Un pur plaisir qui te met en transe. Il faut vraiment reconnaitre que Sammy Hagard est en très grande forme et semble s’éclater comme un gosse. Joe Satriani nous éblouit à chaque intervention solitaire (quel bonheur !).
Si la suite est de cet acabit je signe de suite.
« Sexy little thing » est totalement différente. Un titre très Us (comme le début certes) mais beaucoup plus rock, qui se rapproche du répertoire de Van Halen avec Sammy. Plus soft mais tout aussi jouissif. Avec « Oh yeah » on lorgne presque vers les Red Hot. Une nouvelle fois même si rien n’est révolutionnaire les idées sont lumineuses et surtout l’interprétation monstrueuse.
« Runnin out » nous ramène à Satriani en solo. Sympathique à souhait, cette petite chanson laisse un bon sentiment ce qui parfois suffit amplement. Décidément nos 4 compagnons ont mit le paquet pour varier les sens sans jamais lasser. Place à du lourd qui va faire mal avec « Get it out ». Un super titre qui pulse sa mère porté par un Satriani magique. Sûrement le meilleur titre de l’album.
Ouf à peine remit de cette tuerie que « Down the drain » débarque. Malgré sa courte intro calme, la suite est un lourd mid tempo, groovy, qui comme le reste vous met en joie. Quel travail à nouveau de Joe Satriani qui sur ce big rock explose littéralement.
Toujours pas de ballade avec « My kinda girl » mais un titre énergique au fort râlant Van Halen et au refrain ultra mélodique exquis ! Enfin un peu de calme pour « Learning to fall ». Une magnifique ballade très Us où Sammy est tout simplement irrésistible. Un pur bijou qui ne laisse pas indifférent.
Un petit « Turnin left » pour se remettre. Un titre toujours aussi groovy où l’ombre de l’immense Glenn Hughes apparait. Pas le plus transcendant mais passe bien.
On termine notre all star band avec « Future in the past » en forme de soft rock. Une bonne manière de finir à l’instar des concerts des combos ricains des 80’s. Oui mais là la suite est bien plus groovy à la Red Hot et enchante encore plus. Quel pied, quelle bonne surprise !

Conclusion : quel album !! Certes rien de révolutionnaire mais une bonne humeur communicative et une envie de bien faire présente. Résultat un très bon moment passé à l’écoute de cet opus, qui va faire rocker dans les chaumières cet été. Très vivement conseillé.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 4865 fois