Chronique

MEGADETH - ENDGAME / Roadrunner 2009

Il y a deux ans, Dave Mustaine sortait un nouvel album de Megadeth qui m'avait profondément déçu. Aujourd'hui notre rouquin revient pour nous livrer une énième offrande dont je vous l'avoue volontiers n'en attend rien du tout. Grosse faute de ma part...

D'emblée Mr Mustaine démontre qu'il a retrouvé l'envie avec un « Dialectic chaos » qui part à 200 à l'heure. Une instrumentale en ouverture pour démontrer tout le talent de 6 cordistes du nouveau duo. Première impression ça envoie grave, la petit nouveau Chris Broderick (Jag Panzer) nous en met plein la vue et nous replonge en pleine période de branlette jouissif avec Marty Friedman, rien que ça ! Et pour ne rien lâcher « This day we fight » te replongera petit nostalgique en plein 'Rest in peace' grâce à son riff de tueur ! Oh oui que c'est bon ! Dave Mustaine semble plus fort que jamais, retrouvant toute sa vitalité et son hargne dans un chant old school et maîtrisé. Un putain de premier titre qui sur scène va faire headbanger comme de gros malade !!
Pas le temps de s'en remettre que Megadeth enfonce encore le clou avec un « 44 minutes » bien diabolique ! Un mid tempo puissant au refrain mélodique qui accentue que plus l'énorme sensation de cette chanson là ! Que du bonheur. Bruit de dragster pour débuter le speed Trash de « 1.320 ». Un riff et un titre comme Megadeth en a pas fait depuis très, très, longtemps et qui retrouve ici toute sa verve ! Et quel duel de gratte à la fin, je en vous dis ça !
Un peu de lourdeur bien appuyer par la basse de James Lomenzo pour « Bite the hand » qui accélère ce qui faut et te met une sacrée gifle ! Mais où notre grand rouquin est aller chercher tout ces super bonnes idées !? « Bodies » ne lâche décidément toujours rien. Assez proche d'un Symphony of destruction, cette chanson poursuit notre retour en arrière bienfaiteur. Pas le plus novateur mais bien bon tout de même !
La title track elle se rapproche plus du nouveau répertoire du combos, sans pour autant perdre de son charme. « Endgame » est son débute lourd et haineux laisse place à une petite accélération bien sentie. Et oui Dave à bien retrouvé toutes ces idées. Maintenant faite place à la petite pépite de cet album « The Hardest Part of Letting Go...Sealed With a Kiss » qui débute sur des guitares acoustiques et un chant tout en émotion (oui, oui) de Dave Mustaine. Puis sur un enchaînement de guitare puissante, cette chanson ce transforme en un mid tempo mélodique exquis qui rappel 'A tout le monde'. Du pur génie bien aidé par les interventions lumineuses de Chris ! Oui et trois fois oui !!
Attention le Trash reprend sa place sur un « Headcrusher » dantesque ! Rythme démesuré haine et solo de fou, voilà du vrai Megadeth à l'ancienne !! Que c'est bon ! Enchaînant des titres de 3,4 minutes le rythme de cet opus est plus que soutenu et « How the story ends » est en la preuve. Un morceau bien puissant comme on en trouve dans l'excellent Youthanasia. Quand je dis que c'est du retour en arrière c'est du pur et du vrai !! A noter un solo atomique de Chris Broderick !!
On fini, oui malheureusement déjà avec un « The right to go insane » qui comme le reste sans bon le Trash à l'ancienne. Débuté sur une basse rugueuse la suite bien lourde ne rigole pas non plus. Sombre et charger, voilà de quoi finir avec un petit frisson garantie. Le refrain quand à lui est une pure merveille ! Que du bon, oui ici il y a que du bon !!!

Conclusion : Quel album !! Un condensé d'idée, d'expérience et de génie, qui sont ici réunis pour un résultat dépassant toutes mes espérances. Je ne me suis pas régaler autant depuis Youthanasia !! Le meilleurs Megadeth à mon humble avis !! Bravo Mr Mustaine vous avez été très fort ! Gloire à vous !
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 4865 fois