Chronique

MARIONETTE - ENEMIES / Listenable Records 2009

Mesdames et messieurs, bien le bonjour. C’est marrant quand même mais un groupe de fous furieux sur deux vient de Suède. C'est une fois de plus le cas. M’est d’avis que les aurores boréales, ca doit leur taper au casque. Et les nuits de 10 minutes, aussi. Aujourd’hui, MARIONNETTE. Groupe tout nouveau tout beau. Premier album SPITE en 2008 (alors que l’âge moyen du groupe était 18 ans). Et, en 2009, ENEMIES sort dans vos bacs. Un conseil, allez voir leur myspace, j’ai trouvé le visuel très FUN. Et j’ai un peu écouté de leur premier album et les jeunes envoient du bois ! Allons voir les fruits de la maturité sur leur deuxième opus.

THE SWINE. Et vlam, une baffe. Un gros cri d’ours et on enchaîne sur un tempo à 12 000 à la triple, bien lourd. Calmé. Mais ne pas cataloguer les jeunes dans la catégorie des mulassiers auvergnats. Dans la foulée, on rentre dans un jeu de guitare mélodique très beau et très bien interprété. Des ambiances claviers très sobres mais efficientes. Et derrière des mises en place basse – batterie très chiadées. Ca joue fort, pourvou que ca doure. SILVER SPOON commence en heavy thrash avant gardiste (mais toujours ces vocaux torturés qui dépotent). Le clavier vient poser une ligne d’une légèreté déconcertante mais toujours à sa place. On sent dans les compositions et dans les mélodies les influences des groupes thrashoblackomélodique tels que IN FLAMES et autres. STENCH OF THE HERD. Une surprise pour l’intro, du épic métal. Certes joué à leur sauce, mais très beau et très efficace. Derrière on renvoie une couche de thrash-black-heavy. Toujours joué avec une énergie débordante et beaucoup de maîtrise. Marrant, ca. Y’a des petites mises en place où on sentirait même la volonté de s’inspirer des maîtres MESHUGGAH. Mais attention, MESHUG restera à jamais MESHUG. MESHUG RULES ! ! ! La, plus de fioriture (vous avez remarqué que, dans fioriture, y’a FIORI ? ? ), ANTHROPOMORPHISM dépote. On envoie tout. Leur style même si collant à d’autres groupes de ce mouvement est tout de même reconnaissable, personnel et, selon moi, franchement agréable à écouter. Et petit point d’honneur sur de la composition chiadée avec des petits clins d’œil, des finesses dans les breaks et les mises en place. Remarquable. Ah, UNMAN. Jeu de mot ? Un non homme ? Dommage de ne pas avoir les paroles. Leur griffe une fois de plus bien présente, une guitare mélodique avec de belles lignes, un clavier aérien et derrière une énorme machine de mise en place qui pousse au cul. Sont bons, les djeun’s. Ah intro technique et BLAST. HATELUST. De la grosse mise en place puissante et toujours ces ambiantes atmosphériques alternés entre les moments de rage exacerbée. Il en faut, ca repose. C’est tactiquement bien joué. Un clin d’œil au clavier. Des lignes judicieusement bien trouvées. THE SLAUGHTER (le boucher ! ! ! ! ! ! ! ), une instru de moins de 2 minutes. Cession lâchage de brout brout. Ca va, ils l’ont mérité, je vois pas trop pourquoi c’est la, mais ca dénature pas donc autant se faire plaisir. THE LIE (oh putain les premières notes, j’ai cru jeux interdits ! ). Toujours cette détermination à faire de la bonne mise en place et ils y arrivent très bien. Ca joue bien et leur son colle tout à fait à l’esprit. Toujours ce clavier surprenant qui nous fait décoller de ces riffs lourds et puissants. Une bouffée d’oxygène. Bien articulées, les compos. Des surprises mélodiques aussi dans les enchaînements. Sont intelligents, les petits fous furieux. La, on est gratifié d’un pont acoustique des plus appréciables (et déroutant surtout). YOUR HANDS. Ah les gars, vous avez été élevé au MESHUGGAH au petit déj. Ca se sent. Et franchement, c’est très bien. Je confirme pour mon clin d’œil du synthé. Encore un plan très efficace et super accrocheur. C’est assez inattendu mais, une fois écouté, on voit rien d’autre à cet endroit. Bravo. L’esprit des morceaux et les envolées mélodiques en alternant mineur majeur fait toujours son effet. Très agréable et très bien composé. CREATURES. Un morceau thrash heavy sans concession. Moins de 3 minutes. Pas de réelle surprise. Efficace. Il en faut des comme ça. Ca fait du bien. Je dirai même un single ! ! THROUGH VEILS. Ca dépote un peu plus et on replonge dans l’atmosphère alternée des lourd – aérien. C’est vraiment sympathique à écouter. Bon, à préciser, que les mises en place derrière, ca cartonne toujours et que niveau tempo, ils sont quand même souvent à toc. THEIR KNIVES. Ah, du dissonnant et de l’harmonique mineure. Le gramme de finesse dans ce monde de brutes. Fidèles à eux mêmes, un style bien ancré et personnel. On finit sur THE TRUTH, le morceau le plus long de l’album qui dépasse les 5 minutes. Toujours ces petits détails de mise en place qui font dire que les types ont bossé comme des fous. C’est en place. Et ca joue. Et c’est une outro du clavier qui nous amène doucettement vers la sortie de l’opus.

Conclusion. Commençons par les critiques. Un chant puissant et vraiment rageur mais, à mon goût, ça manquerait de variantes. Un gros beuglement death par ci par la, ca filerait de l’oxygène. Et une batterie trop aseptisée. Ca va vite mais la caisse claire m’a l’air parfois (niveau son) un peu dépassé par les événements. Faute au mix ? Ou batteur aux petits bras ? Après c’est peut être le style qui veut ca. Dans ce même sens, les guitares sont distantes en mélodies, un peu noyés dans la masse. Peut être le style qui veut aseptiser et homogénéiser tout ça.
Sinon, un clavier plein d’idées et très présent, un chanteur avec des hurlements terribles, des lignes de gratte très accrocheuses et très bien trouvées, une rythmique en béton armé derrière. Des compositions en alternance d’ambiances qui ravissent. Des influences saines au possible (tous leurs potes suédois fondus du casque). Franchement à découvrir. Et pour les fans de black thrash heavy atmosphérique ambiance salsa métal (une erreur s’est glissée dans la phrase, chercher le mot qui colle pas), c’est un excellent album.
 
Critique : Burno
Note : 7.5/10
Site du groupe : My Space officiel
Vues : 4865 fois