Chronique

DARK FUNERAL - ANGELUS EXURO PRO ETERNUS / Regain Records 2009

Mesdames et Messieurs, bien le bonjour . Commençons directement par une figure de style française bien connue : le pléonasme. En effet, nous allons causer aujourd’hui même d’un combo de black métal suédois. Et là, je dis oui, il y’a pléonasme car il semblerait qu’ils viennent tous de là-haut, les pires fous de notre planète. DARK FUNERAL fait partie de la vague post EMPEROR (naissance en 1993) mais fait surtout partie des piliers fondateurs du black tel qu’on le connaît de nos jours. Leur dernier album est intitulé ANGELUS EXURO PRO ETERNUS. Ils aiment bien les langues mortes, ces dingues. La vie, c’est pas trop fait pour eux, en fait. Allons de ce pas baigner dans un océan de douceur et de subtilité !

Comme annoncé au-dessus, la douceur et la subtilité, on peut se les foutre au ….. ! Ca part à douze mille à l’heure. Comme à l’accoutumée, ils nous délivrent un black métal ultra violent, hyper rapide. Pour les musiciens qui voudraient se frotter à en jouer, préparez un planning musculation de plusieurs siècles, surtout pour les mollets du batteur. L’album part à une vitesse peu commune et ça démonte sans s’arrêter. Leur black métal est d’une puissance et d’une efficacité hors norme. Les mélodies sont très bien trouvées et viennent chacune trouver leur place dans des morceaux très bien articulés et intelligemment agencés. Contrairement à une partie des groupes de black qui, sous couvert de faire la musique élaborée, nous emmènent dans des compos où les changements parfois trop radicaux et trop fréquents nous perdent complètement et font baisser notre attention. Leur cas est bien différent. On donne dans l’utile, les compositions tournent pas autour du pot et on s’y retrouve bien mieux. Comme disait le philosophe inconnu « y’a pas à tortiller du …. pour chier droit. » C’est la politique des deux premiers morceaux THE END OF HUMAN RACE et THE BIRTH OF VAMPIIR.

STIGMATA vient cependant nous déstabiliser. Et le fait est bien pensé. Trop de boucherie tue la boucherie. Aussi, une « accalmie » ne peut pas faire de mal et nous donne de l’oxygène. MY FUNERAL, leur « tube » de l’album dont une vidéo est tirée, fait également partie de ces titres qui perdent quelques points niveau tempos pour permettre à l’auditeur de ressaisir tout l’intérêt de la galette. Pour anecdote, le guitariste et fondateur de la tribu de joyeux adorateurs de la bête LORD AHRIMAN stipule dans une interview que la vidéo de MY FUNERAL a été tourné dans et à l’extérieur d’un asile d’aliénés désaffecté. Amateurs de moments glauques, visiteurs de cimetières et autres maisons hantées de tous poils, vous venez de trouver de nouveaux amis.

Après le calme, la tempête et les anges sont virés pour l’éternité : ANGELUS EXURO PRO ETERNUS. Boucherie’s back. Ca pouvait pas durer ce calme, ils reviennent en dévastant tout sur leur passage, c’est du black purement et réellement violent. Un grand plaisir.

DEMONS OF FIVE nous ramène sur un mid tempo plus mélancolique. Ces divers changements permettent une écoute attentive et fort agréable d’un black métal pourtant survolté et agressif à l’extrême.

DECLARATIONS OF HATE nous envoie dans la tronche un morceau avec des passages limite thrash. Leur musique est vraiment puissante et, ce, sous tous points de vue. Et ils arrivent, cependant, à livrer des phrasés mélodiques chiadés et très travaillés sur de la musique brutale et ultra violente. Dans la composition, rien à redire, c’est vraiment bien structuré et alors, qu’est ce qu’on en prend dans la tronche ! ! !

IN MY DREAMS, c’est presque la balade de l’album. Un morceau low tempo (pour eux). A l’écoute de ce morceau, en fermant les yeux, vous vous trouverez effectivement dans leurs rêves mais alors, attention, on est pas du tout au pays de Candy. Les mélodies sont vraiment morbides, très noires et c’est ce qu’on est en mesure d’attendre de leur part.

MY LATEX QUEEN. Je chercherai pas à savoir le pourquoi du comment du titre, on a un comité de censure au dessus de la tronche ! En tout cas, morceau qui passe très bien en conclusion de cet album même si plus simpliste que les autres quant aux ambiances et aux différents riffs apportés.

En conclusion, un album de black brutal comme je n’en avais plus entendu depuis TRES longtemps. Une réussite tant au niveau mélodique que brutalité. Leur son contribue largement à la qualité du produit. Le mixage et les arrangements, énormes. Un chant black plein de profondeur, des guitares (pour une fois) très audibles et bien présentes et je ne passerai que très rapidement sur la rythmique derrière : MONSTRUEUX. Ca envoie les pieds, ça va très vite, c’est très propre et c’est vraiment monstrueux. Un excellent album ! Plein d’ambiances, de mélodies et de brutalité. Un produit plein et entier. Un régal
 
Critique : Burno
Note : 7.5/10
Site du groupe : Site officiel du groupe
Vues : 5004 fois