Chronique

TREAT - COUP DE GRACE / Frontiers records 2010

Il y a des jours où des rencontres vous semblent étranges. Elles vous étonnent alors que vous pensez que cela serait presque anodin, sans grand intérêt. Et ces moments sont d'un immense plaisir, sauf qu’il y a toujours un instant où vous êtes un peu bête. Pourquoi toute cette longue histoire et bien parce que lorsque j'ai découvert cet album de Treat je ne pensais pas tomber sur un groupe âgé de 26 ans et pas non plus sur une des premières formations de Mat Leven (qui depuis à fait son trou chez Malmsteen At Vance ou bien encore Therion). Après neuf longues années d'absence les voilà de retour pour leur septième album (sans Mat) que je vais vous disséquer tout de suite.

Une intro pour débuter avec « Prelude – coup de grâce », qui nous permet d'entrer dans une ambiance symphonique et sombre, digne d'une BO de film. L'intensité monte, tout comme cette boule au ventre et « The war is over » débarque et vous délivre ! Un très bon riff basique et efficace et on se lance dans un hard mélodique de grande qualité proche d'un Leverage. Le refrain tout simplement énorme vous file une sacrée pêche. Voilà ce que j'appelle un début très bien engagé.
C'est en étant tout émoustillé que « All in » vient à mes oreilles, pour continuer à délivrer la bonne parole. Plus Fm, elle permet de se remettre de ce premier choc tout en gardant de sacrés arguments. Le refrain basique fait fureur et te fait taper du pied tout le long ! On ne lâche pas la pression avec un « Paper tiger » des plus délectables. Toujours baigné dans ce hard mélodique de haute performance, Treat nous propose du lourd de chez lourd !
Riff plus musclé pour la lourde « Roar » qui saupoudrée de mélodies subtiles donne un excellent titre, qui en plus se voit greffer d'un refrain énormissime qui la propulse en tube exquis ! Ouf quelle chanson !! Première ballade avec la douce « A life to die for » qui bizarrement passe moyennement.
Ça ne sera pas le moment le plus marquant car trop convenu et pas assez personnel.
On reprend du bien bon avec le puissant riff de « Tangled up » qui passe comme une lettre à la poste. Des idées merveilleuses, les unes derrière les autres, c'est très fort ! Il faut noter aussi les très bons solos d'Anders Gary Wilkstorm. Sans perdre une once de qualité et d'intérêt on poursuit avec entrain et bonne humeur pour un « Skies of mongolia » terrible. Une recette ultra efficace qui me ravie au plus haut point. Je prends un vrai pied d'enfer à l'écoute de cette délicieuse galette.
Mid tempo plus basique avec « Heaven can wait » qui met un petit coup d'arête aux excellentes idées passées, sans non plus plomber l'album. Pour « I'm not runnin' » on fait dans le mid tempo heavy au refrain léché des plus réussit. Un bon titre à nouveau, certes plus sauvé par son refrain. « No way without you » speede pour nous faire bouger notre arrière train à un rythme effréné ! Et bien, neuf ans pour attendre ça, les fans ne seront pas déçus, c'est moi qui vous le dis !
Deuxième ballade avec la plus réussie et rock « We own the night ». Un moment un poil plus calme pour nous reposer un peu de toutes nos secousses !
« All for love » plus rythmée et aussi plus conventionnelle et un peu trop Fm. Cette fois-ci un petit moins bien plus perceptible. On termine avec un bluesy Fm « Breathless » qui met le feu, et permet de terminer cet extraordinaire opus de manière simple et enjoué ! Qui a dit que les vieux n'avaient plus la banane !?

Conclusion : voilà une rencontre que je ne suis pas prêt d'oublier, tant elle aura marqué son passage. Un album de très bon hard mélodique qui fera le bonheur de ses auditeurs ! Toujours mélodique et accrocheur, gavé de super bonnes idées, Treat nous aura asséné un coup de grâce assassin !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 4871 fois