Chronique

SYMPHORCE - UNRESTRICTED / AFM Records 2010

Ah voilà enfin le retour de mes Allemands !! Oui j'attendais depuis 3 ans des nouvelles de la formation de Cedric Dupont et Andy B Franck qui je l'avoue est une de mes formations préférée de ces dernières années.

Sans attendre un instant de plus, je mets en lecture l'album pour pouvoir me délecter de cette excellente musique qui commence avec « The eternal ». Un début au piano étrange baigné dans une ambiance sombre qui surprend mais pourquoi pas, puis le riff de 7 cordes ultra percutant débarque, suivi de très près par la magnifique voix d'Andy B Franck. Un titre dans la plus pure tradition Symphorce, qui sent un peu le réchauffé, mais reste agréable. Voyons voir la suite. Ça semble un peu mieux avec « Until it's over » qui bouge bien; même si la désagréable impression de déjà entendu vous harcèle.
Gros riff méchant pour « Sorrow in our heart » avec un chant plutôt lourd, qui se transforme pour donner droit à un bon refrain. Malgré tout l'accroche n'est pas encore évidente. J'avoue ne pas retrouver ce qui me plait le plus chez Symphorce et c'est déçu que j'écoute ce qui est pourtant un excellent titre: « Whatever hurts ». Un mid tempo mélodique avec un Andy superbe, qui comme à sa grande habitude transcende ce morceau de premier ordre. Là je retrouve le sourire.
On accélère le rythme avec l'endiablé et enjoué « The waking hour » qui sans être extraordinaire donne de bonnes sensations et son refrain envolé est très réussit. Deux titres un peu mieux qui relancent l'intérêt de cet opus. On retombe un peu dans les travers du début avec un « Vision » pas des plus inspiré. Décidément ils ne devaient pas y être.
« The last decision » poursuit mais malgré les efforts désespérés d'Andy le groupe semble nous avoir sorti du moyen limite poussif par moment, qui me déçoit au plus haut point. Seul le refrain sauve un peu les meubles. Bon espérons que « The midless » aura de meilleures intentions ? A priori oui, mais ça manque encore d'intensité, ça prend plus aux tripes comme avant !!
« Worlds seem to collide » est du même acabit que le reste, et encore une fois c'est le refrain qui sauve tout. On termine avec « Do you ever wonder » qui débute bien sur une bonne batterie, puis se poursuit en un bon moment plus rock'n'roll. Une fin bien mieux que le reste de l'album !

Conclusion : Et bien voilà une attente pas du tout récompensée ! Un album en demi teinte pas des plus inspiré qui ne m'aura pas procuré de grande sensation. Bon une erreur ça arrive mais il va falloir très vite se remettre en question pour ne pas sombrer !
 
Critique : Guillaume
Note : 6.5/10
Site du groupe :
Vues : 4839 fois