Chronique

THE LIZARDS - COLD BLOODED KINGS / HYPERSPACE RECORDS 2004

Vus en première partie du concert de Travers & Appice j’ai été surpris par ce groupe de blues rock qui avaient délivré un très bon concert (voir le live reports), et sans aucune hésitation je me suis lancé dans l’achat de cet opus.Le groupe comprend entre autre un certain Mike Di Meio chanteur de Riot et Bobby Rondineli, batteur qui eu officié au sein de Rainbow, Black Sabbath et Blue Oyster Cult : un beau line up.
« The opal crest of zed » commence par un bon riff blues la voix de Mike est bien bonne : chaude et éraillée : parfaite pour cette musique. Un titre mid tempo pour débuter dans de bonnes conditions, puis le break calme qui nous envoi droit sur le solo du père Patrick Klein qui se débrouille bien avec ses airs de guitare héros.
« Cold blooded kings » entame un blues rock énergique bien rythmé, la guitare omniprésente vous pénètre dans la tête pour vous harceler toute la journée (quel plaisir).Début calme pour « take a ride » dans un esprit Led Zeppelin, puis le titre prend place pour un mid tempo limite ballade qui rappelle un certain album de Page / Coverdale. La voix de Mike aidant en cela d’ailleurs. « down » la ballade confirme mon sentiment dans un rôle sensuel, la voix chaleureuse de Mike se confond aux intonations du grand David Coverdale pour notre plus grand plaisir, la guitare de Patrick se fait à la fois mélancolique, agonisante et même envolé dans des parties endiablées.
« Rising star » fait très morceau des 70’, pas forcément le meilleur à mon goût même s’il passe très bien mais après « down » dur de succéder ; bref passons.
« Hyperspace » nous sort l’hammonica avant de partir dans un blues des plus rythmé. Une instrumentale dans laquelle Rand Pratt nous montre son talant à l’harmonica et Mike au synthé : un bien bon moment, où tout le monde s’éclate (même nous !) dans des solos terrible ; 6min 50 de plaisir intense. « Dark matter » vient calmer le jeu dans un titre groovy blues tantôt cool, tantôt rock : un nouveau visage plein de feeling.« We are dinosaurs » commence sur une intro heavy plutôt énervée avant que tout cela se décante en un mid tempo heavy blues au refrain tonitruant, un titre étrange presque sombre pas dégueu je dirais même excellent..
Et voici déjà la dernière « magic cloud » dans un très bon blues inspiré par les 70’. Ce titre nous mène dans un rythme à la Aerosmith vers la fin avec en mémoire un bon moment sympatoche.
Conclusion un bien bon album de hard blues rafraîchissant très bien interprété, sincère et sympa. Un très bon moment passer en compagnie de ce groupe décapant. A conseiller pour tous les fans de bonne musique et à voir en concert.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe : site officiel de The lizard
Vues : 4699 fois