Chronique

VISIONS OF ATLANTIS - DELTA / Napalm Records 2011

Ayant découvert cette formation, qui a passé ses dix années d’existence, il y a peu lors de leurs prestations en ouverture de Rhapsody Of Fire en février, j’avais eu du mal à accrocher à ce metal symphonique en duo niveau chant.
C’est donc avec curiosité que je me plonge dans ce combo féru de mythes et de légendes qui ont entre autre créées le nom du groupe. A savoir la légende d’Atlantis. Les autrichiens débarquent en cette année 2011 avec leur quatrième opus nommé DELTA, quatre ans après leur « Trinity ».

Autant dire qu’avec les deux premiers titres « Black River Delta » et « Memento » je ne suis pas perdu, car ils ont été joué en avant première sur scène. Immédiatement le tempo est donné et ça fuse. Une double martelé, une grosse nappe de synthé, une alternance régulière niveau chant (masculin / féminin) et les traditionnels soli guitare. Un titre d’ouverture racé et un second par qui a une intro plus calme et tempérée, tout comme semble mais qui se voit être agrémenté par un Mario en percutant niveau chant sur le couplet. Par contre quand Maxi prend les parties lyriques, là ça se gâte un peu plus. C’est too much !

Pour ce qui est du reste de l’album, cela sera dans la même lignée. Je veux dire par là que musicalement cela va tourner en rond. Les musiques sont bonnes, envolées mais j’ai l’impression de n’écouter qu’un seul titre au final plein de longueurs avec une production qui laisse à désirer.
Niveau chant, les voix sont étouffées et perdent en intensité. Comme si il y avait de temps à autre un peu d’écho.
Par contre le clavier ne sera pas en reste car il domine l’ensemble. Certes il faut du clavier dans ce style musical mais là, c’est presque de l’abus, au détriment de la guitare qui est quasi inaudible hormis sur les soli.
Un titre se dégage cet ensemble, et il se nomme « Reflection ». Ce n’est pas moins qu’une ballade, sympa mais qui à l’avantage de nous reposer un peu à travers cette noyade dans les nappes du synthé. Attention, je ne dis pas qu’elle est bien, mais qu’elle se démarque.

Conclusion : un album trop linéaire, qui a de bonnes choses mais males exploitées, avec une production qui laisse un peu à désirer. Dommage.
 
Critique : Lionel
Note : 6/10
Vues : 5343 fois