Chronique

NAZARETH - BIG DOGZ / Ear Music 2011

Le combo rock écossais débarque en cette fin de printemps avec un album au titre qui serait Presque comme un hommage à l’album qui leur à value la reconnaissance internationale en 1975 : Hair of the dog. Trente six ans plus tard, c’est chiens sont de retour. On ne comptera pas aussi les remaniements du line-up qui sont vraiment nombreux. A ce jour le groupe est composé de : Dan McCafferty (chant), Jimmy Murison (guitare), Pete Agnew (bass) et Lee Agnew (batterie).

Le premier morceau « Big Dog ‘s gonna howl » présente bien les choses : un rock posé mais sur, où Dan n’a rien perdu de ses capacités et nous propose une performance bien sympa. Musicalement, on se rapproche d’un rock sudiste à la Lynyrd Skynyrd. Pour « Claimed », on continue dans un tempo lent, où la magie de la guitare avec des riffs simples mais marquant, et une batterie frappée régulièrement mais paisiblement. Un titre de rock que certains australiens feraient tourner pendant 15 minutes sur scène histoire de jouer avec le public. Changement de registre avec « No mean monster ». Ici on entre dans un rock du bayou, à l’ambiance plus légère et ‘joviale’ tout en gardant le côté rock bien présent.
Pour faire un titre court quand on en a un long ?! « When Jesus comes to save the world again » est présenté avec une guitar folk, sur un air calme et reposant. Mais cette complainte marquera de par ses paroles…

« Radio » redonne de l’entrain avec une ambiance acoustique folk et un Dan toujours aussi prenant. « Time and tide » et « Lifeboat » poursuivent la dynamique de l’album à savoir des titres très rock sudiste à la Lynyrd Skynyrd.
On accélère le tempo avec « The toast ». Ici, c’est du bon hard rock qui nous ait proposé. Un titre qui envoie et donne un nouveau point positif à cet album. « Watch your black » quand à lui mélange hard rock et ambiance bayou ; et un Jimmy nous régale à la guitare. Il la fallait, voilà la ballade de l’album : « Butterfly ». Tout comme l’insecte, la chanson est de toute beauté et vraiment prenante.
Pour finir le disque, c’est « Sleeptalker » qui nous est proposé. Un titre qui pioche un peu dans tout ce que le groupe nous a proposé dans cette rondelle.

Conclusion : Big Dogz est un bon album mais un poil trop linéaire et posé qui à l’exception de deux ou trois titres qui varient, s’encre dans du bon rock un peu aseptisé.
 
Critique : Lionel
Note : 6.5/10
Site du groupe : Site de Nazareth
Vues : 4835 fois