Chronique

GLENN HUGHES - SOUL MOVER / FRONTIERS RECORD 2005

L année 2005 commence fort bien avec le nouvel album de ‘the voice of rock’, 2 ans après l’excellent ‘songs is a key of rock’, voici : Soul Mover.C’est d’ailleurs la titre track qui commence. Le son est très rock tout comme l’ambiance. La voix du maître n’a rien perdue, un très bon mid tempo bien rock pour débuter. A noter la participation de Dave Navarro (ex Red Hot Chilli Peppers) à la guitare.
« She moves ghostely » prend le pas avec un rock plus rythmé et gavé de percussions. Un bon titre qui nous envoie dans un monde différent mais tellement inspiré par le personnage.Puis « high road » nous sort un bon gros rock, au couplet plus funky : tout à fait dans l’habitude de notre homme et il faut quand même remarquer que l’album est moins explosif que son prédécesseur. Ce que je trouve fort dommage. « Orion » est plus mid tempo toujours largement plus rock que hard. Ce titre assez étrange vous donne des impressions de tournis avec son riff répété.
« Change yourself » débute sur une basse qui rappelle Steve Harris (Iron Maiden). Un titre énorme qui fait du bien car pour l’instant rien de bien transcendant. Calme et envolée, cette chanson aérienne est maîtrisée par la voix de Glenn qui nous enivre. Deuxième gros morceau avec ce « let it go » au début calme qui ferait penser à une ballade mais le refrain tonitruant et digne des meilleurs passages hard des 70’. Un grand titre sur lequel une nouvelle fois la voix est un pur délice.
« Dark star » est du pur funk comme il se doit. Bon c’est vrai ça donne la pêche mais c’est pas trop ma tasse de thé. Aller passons.Maintenant c’est au tour de « land of the livin’ (wonderland) » , un bon titre mid tempo rock qui poursuit calmement sans plus, pourrait on dire, enfin il est quand même bien bon. « Isolation » commence sur des percussions calmement, puis donne droit à un refrain ravageur, un titre qui se fait remarquer. Un peu comme les autres titres dans le même style.Entrée de quelques cordes pour l’intro de «miss little insane » : le titre le plus rock de l’album qui te fout un sacré coup de pied au cul. Dommage que l’album n’ai pas plus de titre de cette trempe.
Nouveau début à la basse pour « last mistake » qui rappelle les entrées sur scène de Deep Purple (époque Made in Japan) puis le titre se met en place dans un mid tempo limite ballade très sympathique avec un petit esprit blues très agréable. Et cette voix enivrante belle comme c’est pas possible puis tantôt aérienne, tantôt éraillée : un pur bijou.
Pour finir « don’t let me bleed » nous fait un rentre dedans du tonnerre entre intro rock passage calme et un refrain entraînant. Un très bon titre qui conclu l’album sur un point positif
Conclusion un album bien différent de son prédécesseur qui me laisse sur ma faim même s’il est toujours aussi magique de réentendre cette légende du hard.Un album qui varie. Le bien ou moins bien, mais qui reste sympatoche à écouter.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Vues : 4836 fois