Chronique

ICED EARTH - DYSTOPIA / Century media 2011

Voilà enfin le retour de nos Américains préférés qui après un Crucible of man plutôt quelconque auront fort à faire pour reprendre de la considération envers ses fans les plus exigeants ! Oui mais voilà le grand Matt Barlow a encore filé et laisse sa place à un Stu Block (Into Eternity) qui aura lui aussi fort à faire pour nous faire oublier Matt !!

Une intro dans la plus grande tradition Iced Earth nous arrive pour un « Dystopia » à l'esprit guerrier. Confirmation pour la suite car quelle rage, du pur et dur Jon Schaffer en puissance qui te claque à la gueule. De son côté Stu étonne en délivrant une performance de tout premier ordre proche de celle de Matt !!! Première constatation putain ça tue !! « Anthem » ne vient pas faire retomber l'ambiance avec ce mid tempo gavé de testostérone et Stu nous éblouit encore. De son petit côté Jon a retrouvé de l'idée même si tout reste grandement semblable à ce qu'il propose d'habitude (oui mais là ça tue sévère !!).
On speed à nouveau sur un « Boiling point » dévastateur qui va procurer de sacrés pogo en live.
Quelques sûr-aiguë à la Tim Owens viennent embellir le registre vocal de notre nouvel hôte. Début calme pour « Anguish of youth » qui nous replonge en pleine période Something wicked this way come. Une ballade comme notre Jon nous les servait à l'époque. Déstabilisant mais plaisant.
Un petit « V » des plus lugubre nous arrive et se charge de nous. Je me répète mais Stu est bel et bien le bon choix car encore une fois quel travail ! Il s'est parfaitement intégré au style Iced Earth.
« Dark city » nous fait le coup du : 'je suis calme mais en fait j'envoie la sauce après', et force est de reconnaître que ça marche. Encore une fois un pur titre taillé pour le live !
« Equilibrium » reste dans la grande tradition n'apportant pas grande chose (on retrouve le métal galopant cher à notre Jon préféré), mais attention l'effet est quand même présent. Surtout que tout le monde semble à fond et ça c'est bon !! On poursuit sur la même veine avec un venimeux « Days of rage » qui ne rigole pas du tout ! Oui Iced Earth arrive encore à nous faire dresser les poils de peur !
Changement de registre avec la ballade « End of innocence », qui passe très bien. Conventionnelle avec ses couplet en acoustique et son refrain électrique mais bon on reste capté par le travail fournis. On termine avec un « Tragedy and triumph » à l'esprit Maiden des plus prononcé. Une sorte d'hymne métal qui devrait faire son petit effet auprès des fans. À voir sur scène !!

Conclusion : je ne pensais pas reprendre autant mon pied avec un album de ricains mais force est de constater que le groupe a su retrouver de l'inspiration pour nous refaire bander comme au bon vieux temps !! Mention spéciale au petit nouveau qui pour ma part est déjà adopté !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 4837 fois