Chronique

MADINA LAKE - WORLD WAR III / Spv 2011

Oyé, oyé ! La séance est ouverte. En ce jour, le groupe Madina Lake ouvre les hostilités et déclare officiellement le début de la troisième guerre mondiale. Un album important pour le groupe et ce principalement après le grave accident survenu à Matthew (basse et chant) qui en juin de 2010 à violemment été attaqué dans la rue car il essayait de défendre sa copine. Résultat, un coma de 5 jours, un fracture au crane importante, des dommages cérébraux etc. De ce fait, le combo américain montre sa révolte avec ce nouvel opus qui rien qu’à son titre laisse prometteur.

Histoire de plonger dans l’ambiance sans tarder, « Howdy Neightbor ! » attaque fort avec un riff piquant et une musique qui s’emballe et nous propulse dans un rock révolté et frais à la fois, le tout agrémenté par les voix de Matthew et Nathan. Un premier morceau prenant qui ouvre le bal. D’ailleurs, « Imagineer » monte l’intensité d’un cran et accentue cette sensation d’énervement et de volonté de tout détruire. Le tout transcrit avec une musique au combien agressive tout en étant dynamique et facile d’accès. L’ambiance se calme « They’re coming for me ». Ici un registre électro acoustique se met en place, avec des chœurs sur le refrain ce qui donne une dimension encore plus prenante pour ce qui est de ce cri de révolte. Un titre très certainement fait par et/ou pour Matthew aux vues des paroles. Au tour du premier single de se faire entendre. « Hey superstar » reprend du poil de la bête et revient dans un registre plus rock électro et d’une patate monstrueuse. Un refrain simple et efficace avec un effet sur la voix. Sans oublier la batterie, carrée et bien marquée.

« Fireworks »… non ce n’est pas Katy Perry. Par contre niveau musical, c’est toujours cet électro rock moderne et vraiment prenant, avec des breaks ici et là histoire de nous faire vibrer encore plus. Un bien bon morceau. « Accross 5 oceans » continue cette lancée rock moderne et puissante avec un refrain énorme et clinquant. Sans oublier le couplet où la batterie se mélange avec la basse pour un rythme endiablé. Du bonheur ! Pour ce qui est de « We got this », c’est une ambiance plus posée et à la limité proche de Muse mais toujours avec cette approche personnelle et propre au groupe. Surtout avec les voix de Matthew et Nathan qui sont vraiment prenantes. Un mid tempo fort apprécié. Après cette accalmie, retour dans un registre plus rock et percutant avec « What it is to wonder ». Là encore le combo marque des points et nous régale avec ce titre alternant passages relevés et posés. Il est temps de revenir à cet électro rock grâce à « Heroine » qui une nouvelle fois mélange savamment délicatesse, énergie et rage ; le tout avec fraicheur. « Blood red flags » par contre ne choisit qu’un seul côté de la force : la rage ! Musique hargneuse et paroles remplies de hargne. C’est la guerre. A la grande surprise, le groupe calme le jeu maintenant et nous propose « Take me or leave », un titre posé et relaxant dans une ambiance électro acoustique. Pour terminer cet album, « The great divide » est mis en place. Ici encore c’est un titre posé, prenant mais qui reste quand même puissant.

Conclusion : une grosse surprise qu’est cet album. On l’écoute de A à Z sans problème, encore et encore. Génial, tout simplement !
 
Critique : Lionel
Note : 9.5/10
Site du groupe : Site de Madina Lake
Vues : 4887 fois