Chronique

MECCA - UNDENIABLE / Frontiers Records 2011

Il aura fallu 6 ans de travail pour que le groupe puisse nous présenter son second opus. Le travail de ce « Undeniable » a commencé en 2005, mais des problèmes personnels sont intervenus au cours du temps, repoussant inévitablement la sortie du deuxième effort. Principalement la mort d’un des meilleurs amis de Joe Vana (chant/compo) : Bryan Mitchell (producteur) qui a été un choc pour les membres du groupe. Après toute cette attente, voilà le retour d’un groupe de rock mélodique prometteur.

Intro au clavier pour débuter « Perfect world » et donc l’album. Un titre typé Toto avec une ambiance « Caught in the balance ». Bien évidemment la voix de Joe étant bien différente de Boby Kimball mais tout aussi saisissante, appuyant parfaitement ce rock mélodique posé et traditionnaliste. Guitare, clavier et Joe entre en scène pour nous proposer un titre prenant intitulé « Closing time », qui nous procure joie et bonne humeur. Nappa de clavier et ambiance un peu plus sombre pour « Ten lifetimes » qui peu à peu se voit être un morceau paisible au refrain typé radio, sans oublié le solo guitare simple, mélodique et donc accrocheur. « Life’s too short » débute avec une basse claquante, le tempo lent, une voix discrète puis le groupe nous propose un nouveau titre de rock mélodique varié mélangeant des influences comme Foreigner ou encore Journey. Toujours dans la délicatesse, l’influence Toto reprend les dessus avec ce « I know » proche du titre « Till the end ». Engouement et délicatesse sont de mise, sans oublier Joey Vana qui nous délivre des parties guitares de toute beauté. Une petite ballade ne fait pas de mal, aussi le groupe nous suggère « Did it for love ». Simple, joyeuse et efficace. Que demander de mieux, je vous le demande ?! Un vrai régal. Son façon Pink Floyd pour lancer « From the start ». Une ambiance un peu psychédélique toujours dans cette mouvance rock mélodique années 80, avec un couplet de toute beauté, tout comme le solo guitare soit-il dit en passant.
Clavier, chant délicat, lenteur, voilà comment débute « Deceptive cadence ». Lentement mais surement le groupe nous offre un nouveau titre rêveur et évasif. Changement de donne, voilà un titre rempli d’énergie. « W2W » apparaît telle une furie et vient montrer une autre facette du groupe. Un registre différent où le combo excelle aussi, nous prouvant qu’ils sont vraiment polyvalents. Retour au style plus conventionnel pour la formation, mais aussi le title track « Undeniable ». Une ballade juste monstrueuse. Passages calmes et montées prenantes font, avec la voix de Joe, de ce titre une vraie petite perle. Pour terminer l’album, le groupe nous offre « As I walk alone ». Une ballade pure et dure avec un duo piano/chant de toute beauté, avec des passages rappelant un peu Timo Kotipelto pour le chant.

Conclusion : lentement mais surement, le combo laisse son empreinte et nous offre un second album prenant avec des titres proches des hits de Toto, Foreigner ou encore Journey. Un vrai délice de douceur.
 
Critique : Lionel
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site du Label Frontiers
Vues : 4866 fois