Chronique

NICKELBACK - HERE AND NOW / Roadrunner Records 2011

Le combo canadien mené par Chad Kroeger se présente en cette fin d’année avec leur septième et attendu nouvel album. Attendu car l’album précédent « Dark Horse », m’avait grandement surpris, voire même cloué le bec. Il est donc temps de se plonger dans ce nouvel opus intitulé « Here and Now ».

Le combo nous plonge immédiatement dans le vif du sujet avec un gros riff heavy et tranchant. « This means war » lance les hostilités avec ferveur et ce pour notre plus grand bonheur. On reconnaît le style musical aisément, et toujours ce Chad qui de part sa voix nous surprend encore et encore. Une belle bombe. Le titre suivant continue dans une lignée bien rock, dans un mid tempo pêchu, pas vraiment compliqué mais qui fonctionne bien : « Bottoms Up ». Au tour maintenant du titre choisit pour présenter l’album : « When we stand together ». Qui dit titre de présentation, dit titre commercial. La rythmique légère nous berce et nous donne la patate. Le refrain, des plus simples est taillé pour la scène, mais au final le titre passe plus que bien, sans oublier le passage avec un petit duo batterie/chant des plus agréables. Retour au rock avec « Midnight Queen » qui vient nous botter le cul pour nous catapulter dans un rock heavy où les deux seules envies qui nous viennent à la tête sont de consommer une bonne bière et d’headbanguer à tout va. Gros son, ambiance posée, grosse voix, voilà comment se structure « Gotta get me some », avec un couplet à la rythmique monstrueuse.
L’ambiance se calme avec un titre où le synthé prend le dessus dès le début. Une magnifique ballade se met en place grâce à « Lullaby ». Vous pourrez dire ce que vous voudrez, ce titre est prenant. Tout simplement fermez les yeux, écoutez les paroles et rêvez. Finit les rêveries, « Kiss it goodbye » débarque et c’est le retour du rock bien couillu. Guitare acoustique, on part dans un moment de mélancolie avec « Trying not to love you », un mélange de « How you remind me » et « Hero » mais qui reste des plus agréable. On continue avec une intro légère pour introduire « Holding on to Heaven », pour s’immerger dans un mid tempo façon rock mélodique de haute volée. Chœurs, ligne de chant, tout est fait pour accrocher l’auditeur et ça fonctionne à cent pour cent. Un peu de basse ne fait pas de mal, alors autant en profiter sur ce « Everything I wanna do » le temps des couplets reste posé et monte en intensité au moment du refrain ; et un Chad toujours en grande forme. Quoi de mieux que de finir l’album dans la joie et la bonne humeur, je vous le demande. « Don’t ever let it end » donne le sourire et donne cette impression de légèreté et de liberté totale.

Conclusion : L’album peut se résumer en un seul et unique mot : BONHEUR ! Un album varié, montrant les différentes facettes musicales du groupe sur une seule rondelle. Good Job !
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : Site de Nickelback
Vues : 4837 fois