Chronique

GOROD - A PERFECT ABSOLUTION / Listenable Records 2012

Bon les enfants, aujourd’hui on a du lourd ! Du très lourd…
Nos chers patriotes bordelais de GOROD débarquent ici avec leur deuxième album « A Perfect Absolution ». On a un album de 40 minutes qui un pur concentré de brutalité. Lopettes s’abstenir !

On commence avec une intro symphonique oppressante et inquiétante pour « Birds of Sulfur ». Un hurlement déchire le tout et le groupe nous bourrine son death dans la face. On a du brut de décoffrage, mais la chanson a quand même sa dose de mélodies.
Les riffs sont techniques et tranchants, le groupe varient les changements de rythme ce qui rend le morceau accrocheur. Petit solo heavy mélodieux en cours de route, propre.
« Sailing into the Earth » continue de marteler avec des blasts et riffs véloces. Le chant est toujours lourd, profond, puissant qui rappelle souvent ce cher Nergal (Behemoth).Et par moment le chant va allez dans des timbres plus métalcore, qui apporte une touche d’originalité à la compo. « Elements and Spirit » se lance sur une rythmique plus aérienne assez axée death mélodique, un peu à la In Flames. Le chant se fait lui plus « léger » (bon on est quand même dans du lourd…). De nombreuses parties regorgent de mélodies, ce qui est très appréciable pour un groupe de death brutal.
On revient à un death plus conventionnel sur « Axe of God » ou le festival du « dans ta face ». Le groupe nous régale même d’un refrain trash qui ne sera pas sans rappeler Machine Head, et un solo classe, un break hyper mélodieux, un régal.
On sera encore pris à contre pied le début de « 5000 at the Funeral » étant donné que l’intro y est tout en clair, mélodieux, comme une ballade. Le couplet parlé surprend également, décidément les ambiances sur l’album sont multiples et très bien agencées.
« Carved in the Wind » affirme toujours le même style, brut, puissant et mélodieux. On a des sons bizarres, un peu électro au démarrage de « Varangian Paradise » qui se fait un peu plus trashcore que death, mais le groupe maitrise aussi donc le passage de l’un à l’autre se fait très bien. On a même des passages joyeux !
On termine la galette avec « Tribute of blood », pur death qui tache avec ses riffs véloces hyper technique, ce chant guttural surpuissant, bref on finit bien !

Alors là, très bonne surprise ! Je ne suis pas fan de death mais là j’ai passé de bons moments ! Les rythmes varient constamment, c’est technique, mélodieux et brutal à la fois, chapeaux !! Le chant vous fera passer de death à trashcore, on vous plantera un pti solo mélodieux venu de nulle part, bref on va de surprise en surprise.
Alors juste pour cette occasion : Vive la France !

 
Critique : SBM
Note : 8/10
Site du groupe : Myspace du groupe
Vues : 4836 fois