Chronique

JIMI JAMISON - NEVER TOO LATE / Frontiers Records 2012

Quatre ans après son dernier album solo et un an après son album en duo avec Bobby Kimball (Toto), voilà que monsieur Jimi Jamison (Survivor) débarque en cet automne avec une rondelle au titré intéressant. En effet, il n’est jamais trop tard pour sortir un nouvel album. Maintenant, voyons ce que donne ce nouvel opus de rock mélodique.

L’album débute avec « Everybody’s got a broken heart » qui agréablement nous immerge dans un rock entraînant et accrocheur, toujours avec un refrain simple et efficace, mais qui au final recadrera les choses assez vite pour nous immerger dans cette musique très années 80. Pour notre plus grand plaisir, on continue d’avancer avec un « The great unknown » percutant de par sa batterie, mais aussi de part son tempo et son feeling saisissant et plaisant, agrémenté par quelques chœurs ici et là. Au final, un titre de haute volée qui en ravira plus d’un. Une jolie nappe de clavier et Jimi vient poser sa voix pour lancer le titre éponyme « Never too late ». Un mid tempo mélodique qui vous envouterais presque et qui au moment du refrain montera en intensité et vous fera vibrer non seulement par la musique mais aussi par la voix de Jimi, toujours aussi impressionnante et intense. « I can’t turn back » arrive avec lenteur et douceur pour lentement mais surement nous plonger dans un rock trippant et puissant même si niveau rythme cela reste posé. Voilà un titre intéressant : « Street Survivor » qui immédiatement part avec des sons modernes et explose pour revenir dans un esprit proche de Survivor justement. Une belle bombe, que l’on pourrait imaginer aisément dans un nouveau Rocky ! Après cette déferlante, il fallait forcément calmer le jeu, et voici donc une ballade intitulée « The air I breathe ». Un morceau électro acoustique agréable mais loin d’être un hit quand même.

Les douceurs ne sont pas totalement finies, mais pas de ballade. « Not tonight » est tout simplement un mid tempo reposant et porteur, avec quand même une bonne mélodie. On poursuit l’avancée dans l’album sur « Calling the game », avec une magnifique ligne de clavier pour ensuite revenir dans un rock mélodique racé comme au début de l’album. Léger et attrayant. Bien évidemment, pour introduire la chanson suivante « Bullet in the gun » on garde la même structure : intro clavier, break et bim le tout s’emballe. Mais ce titre à un petit plus. Un air qui me rappelle un de mes titres préférés de David Coverdale « The Last note of Freedom ». C’est vif, tranchant et vraiment plaisant. Et ce couplet juste avant le refrain… ! C’est repartit pour une intro clavier (façon orgue) en duo avec Jimi pour ce « Heaven call your name » qui se voit être la seconde ballade mais qui cette fois-ci est de meilleure qualité, ou du moins plus originale et donc agréable. Pour terminer cette rondelle pas de titre mou de genou, ici on met une dernière claque avec « Walk on (wildest dreams) ». Un rock mélodique où Jimi se défoule une nouvelle fois à travers une musique endiablé et mélodique en même temps. Un final non attendu, et plaisant.

Conclusion : Il aura fallu quelques années à Jimi pour revenir avec un nouvel album solo mais l’attente à été bénéfique. Un album bien fait, dans la droite lignée des albums de « Survivor », mais avec une touche personnelle.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Site de Jimi Jamison
Vues : 4895 fois