Chronique

IBRIDOMA - NIGHT CLUB / SG Records 2012

Ibridoma est un combo italien créée en 2001 mais qui malgré ses douze ans reste assez jeune dans le sens où la formation n’a réalisé son premier album qu’en 2009, avant de beaucoup tourner en Italie et de revenir en 2012 avec son deuxième opus ‘Night Club’. C’est un peu par hasard que je découvre le groupe, et ce avec son single et clip vidéo ‘Night Club’. On avait reproché à Heavenly sa pochette de Carpe Diem et son clip « Fullmoon », pour être osé ? Et bien voilà la petite sœur avec ce Night Club dansant avec pervers à la clef.

A côté de ça, cette deuxième rondelle est un concentré de heavy metal mais aussi dans la durée. On a droit à huit morceaux pour un total d’un poil plus de trente minutes. Un peu court pour trois ans entre deux albums.
A côté de ça il faut dire que musicalement c’est du heavy façon années 80 bien foutu. Ca tourne bien, il y a de gros riffs, les soli et bien évidemment les duels à la guitare histoire de vouloir nous en mettre plein les oreilles. Les puristes du genre apprécieront car ici, il n’y a pas de clavier ou autre synthé. On reste dans le traditionnel.
Les musiciens remplissent tous bien leur rôle et nous montre qu’ils maitrisent leur instrument. Bon niveau compos, ce n’est pas parfait il y a quelques maladresses au niveau de certains enchaînements mais cela reste correct.
Maintenant, nous allons nous attarder un peu plus sur Christian Bartolacci, le chanteur. Dans la bio, sa voix est décrite comme inimitable. Alors dans quel sens faut-il le prendre ? Tout d’abord, il chante bien il est vrai, mais son timbre de voix est comment dire… inimitable, oui le mot est bien juste. Ce n’est pas faux mais ça raisonne par moment, et caquète aussi. Lors des poussées, ça sonne bien mais cela reste bizarre. Il faut écouter pour comprendre. Vous aurez une très bonne idée en regardant le clip ‘Night Club’.

Track list: Eagles from the sky /Cold night of moon / Night club / Seven days of death / Why do you feel alone / Last supper / Businessmen / Face to face

Conclusion: un album correct mais un peu longuet malgré sa courte durée, un son un peu étouffé et ce chant assez particulier qui risque d’en interpeler quelques uns. Il y a de l’idée, il faut bosser sur tout ça.
 
Critique : Lionel
Note : 5.5/10
Site du groupe : Site d'Ibridoma
Vues : 4845 fois