Chronique

WHITESNAKE - MADE IN JAPAN / Frontiers records 2013

Avant de venir fouler les planches du Hellfest, David Coverdale nous offre ce live enregistré au pays du soleil levant, pour ainsi pouvoir nous préparer à l'attaque. Attention au venin !!

Que dire si ce n'est que c'est toujours un immense plaisir de voir le serpent blanc en concert. Le groupe ayant durant sa très longue carrière maintes fois prouvé qu'il était une valeur très sure de la scène hard rock. Alors à quoi doit on s'attendre de ce concert ci ? Déjà une image sublime (il existe aussi une version Blu-Ray), enregistré dans une immense salle (le Budokan je crois) le groupe est à son aise, et délivre un show sauvage et rock n roll.
Nos musiciens semblent plus qu'heureux et on sent le line up présent dans son meilleur jour à l'image d'un Reb Beach plus sourire que jamais. Il faut dire que ce groupe a de la gueule et que les arrivées récentes ont plus que boosté la musique du combos (mention spéciale à Brain Tichy qui derrière ses futs envoie du très lourd !).
Le son de ce concert est tout simplement monstrueux, d'une rare puissance et t'en met plein la tronche !! Chaque instrument est bien positionné ce qui permet de profiter de la performance de chacun des protagonistes (Ah la la ce Dough Aldirch toujours aussi magistral). La question que j'entends d'ici est : mais est ce que Mr Coverdale est à la hauteur ? Et oui malgré ses 62 ans, le fait qu'il s'économise et que oui il a perdu de sa voix, le bougre est là et bien là !! Oui toujours aussi bestial Mr David assure son rôle de frontman playboy charmeur et s'amuse même à pousser quelques cris dont il a le secret. La classe à l'état pur !!

Coté musique, vu que le concert est tiré d'un festival, nous n'avons droit qu'à une heure et quart de show, le tout entrecoupé de solos de guitare et batterie (trop long comme d'hab) et d'une set list plutôt habituelle mais heureusement accompagnée de nouveautés bien venues. Ainsi trois titres du petit dernier font leur apparition (Steel your heart away; Forevemore; Love will set you free), plus un « Best years » en ouverture bien lourde !
Pour le reste les classiques sont là, même s'il en manque (à la pelle) et c'est toujours l'extraordinaire « Still of the night » qui clôt le show.

Conclusion : Pour son nouveau Dvd Whitesnake nous aura pondu un sacré morceau ! Et oui malgré le temps qui passe, certaines gloires restent éternellement jeunes pour notre plus grand plaisir. A regarder sans modération avant de les retrouver à Clisson !!
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 5443 fois