Chronique

MINISTRY - FROM BEER TO ETERNITY / AFM records 2013

Ministry ne finit plus d'en finir. Tout le monde pensait voir la fin du groupe après la fin de la trilogie anti-W. Bush qui avait été le thème du retour du groupe avec "House of molé" "Rio Grande Blood" et "The Last Sucker". Pourtant Al Jourgensen, a remonté le projet 4 ans plus tard avec "Relapse" qui avait été le meilleur cru de cette période. Aujourd'hui c'est un titre parodique qui sert de thème pour l'ultime album (ou pas) des pionniers du metal industriel. Les fans reconnaîtrons un des titres les plus glam d'Iron Maiden.

Que les premières minutes d'écoute ne vous effraient pas, de toute évidence, l'album commence avec une intro de 5 minutes, lente, industriel, électronique qui n'a d'autres but que de montrer l'engagement du groupe contre toute forme d'autorité. Hail to the majesty (peasants) est un titre bien évocateur de ce principe. Le morceau a un côté encenseur très appréciable, qui met d'aplomp pour la bombe de l'album.

Car le vrai Ministry démarre avec Punch in the face, un morceau accrocheur comme le groupe n'en avait pas composé depuis longtemps. J' y retrouve tous les composantes du groupes, des samples saccadés, des samples de voix, une voix murmurée, une voix électronique et bien la voix grunt qui a inspiré Rob Zombie, le tout dans un métal industriel très bien structuré. Il n'est pas question ici de bourriner pendant 5 minutes, mais de gérer chacune des phases pour profiter d'un solo version métal industriel qui donne la pêche.

A peine ai-je a retrouvé l'univers tant réputé du groupe, que je suis poussé dans un registre métal que je trouve plutôt inhabituel. Perma War est un morceau très inspiré des groupes qui ont eux-mêmes été inspiré par Ministry. De Rob Zombie à Rammstein, je retrouve la lourdeur de la gratte et un riff lent et en têtant à l'allemande. Heureusement qu'il y a encore des samples vocaux, la marque de fabrique "Al Jourgensen", et son mode de communication engagé le plus évocateurs. La guerre c'est pas bien, on le saura !

Ministry remet les pendule à l'heure sur Perfect Storm qui est un parfait bordel avant tout. La guitare et les effets vocaux made in ministry se retrouvent dans un metal industriel très classique, inspiré d'un phrasé Trash, avec un solo très Trash d'ailleurs. Une version un peu plus speed est à découvrir sur Fairly unbalanced, mais cette rapidité ne vient que de la guitare, la batterie n'étant pas décidé à développer une transe furieuse. Je comprend alors que Ministry a travaillé la structure des morceaux pour une écoute plus attentive et non pas pour du pogotage. Ce n'est probablement pas pour rien qu'un sample de la voix de Bush s'est gentiment glissé dans le tas.

Vient en suite une pause The Horror de 3:33 qui ne sert absolument à rien. Uniquement industriel, des samples à gogo. Aucun intérêt, si ce n'est de mieux comprendre ce qui va suivre... parce que le morceau suivant dont le titre est à rallonge, décide enfin d'envoyer du bois en terme musical jusqu'à la cacophonie la plus totale. Ponctuée par les rugissements "I feel like shit" d'Al Jourgensen, les effets de ce Side Fx[...] sont les plus horribles qui ont jamais été monté dans l'industriel. Par saccade on bouffe de la batterie/boite à rythme à effet, de la guitare inécoutable et des samples de voix dégueulasse. Ce n'est clairement pas de la musique. Quel est l'intention de ce morceau ? Aucune putain d'idée !

Pendant qu'on pense avoir traversé le pire, Lesson unlearned nous présente un morceau aux effets retro, très psychédélique dans l'approche. Un test de style peu concluant avec un choix de chant déplorable... et le pire est peut-être à venir quand je jette un oeil sur mon player. Les deux prochains morceaux font respectivement 8:21 et 7:16.

Thanx but no thanx est un morceau rasta pendant 3 minutes... un sample de voix joue sur une basse et une gratte légèrement saturé. Il reprendra à la 6ème minutes, après une phase Ministry sans aucune saveur. Change of luck ratrappe le coup avec un morceau très inspiré du métal next-gen des années 90, avec une ambiance limite orientale et à la fois FM. Le démarrage est très long, mais agréable, jusqu'à un vrai morceau d'indus' au refrain parfaitement pop. Un peu plus commercial, mais écoutable au moins !
Pour cloturer l'album, du sample et encore du qui matraque le cerveau avant de balancer Enjoy the quiet. 2:39 de torture.

Conclusion : je dois garder en tout et pour tout 3 morceaux qui valent le coup. Pour le reste, Ministry a clairement montré une volonté de faire du bruit et non de la musique. L'expression artistique complètement à voir sous un autre angle, et c'est clairement un point qui ne m'intéresse pas en écoutant ce groupe. D'autres ont pris la relève... Quoi qu'il en soit, Ministry ne peut pas clôturer sa carrière par cet album, c'est interdit !!!

Tracklisting :
1) Hail the the majesty (Peasants)
2) Punch in the face
3) Perma war
4) Fairly unbalanced
5) Perfect storm
6) The horror
7) Side Fx include Mikey's Middle Finger (TV 4)
8) Lesson unlearned
9) Thanx but no thanx
10) Change of luck
11) Enjoy the quiet
 
Critique : Weska
Note : 5/10
Site du groupe : Page facebook du groupe
Vues : 4858 fois