Chronique

GHOST B.C - IF YOU HAVE GHOST / Spinefarm 2013

Voici la première pépite de Ghost que les seigneurs du métal osent chroniquer. Ce phénomène qui a réveillé la scène métal il y a 3 ans a littéralement explosé cette année avec leur nouvel album "Infestissumam"; et pour nous, avec la réprésentation de ce groupe en France à l'occasion du HELLFEST.

Il faut dire que c'est un véritable choc culturel, visuel et musical auquel le groupe nous confronte. 5 musiciens-ghoule inconnus et un frontman particulier Papa Emeritus II, dans sa morbide tenue d'apparat, jouent un doom métal très inspiré sur des bases veillotes. Mais leur musique ne sonne pas uniquement métal, car on y retrouve des sonorités de Depeche Mode, et même des Beach Boys sur certains morceaux.

Malheureusement pour eux, ils sont arrivés avec le plus mauvais choix de single et tous ceux qui découvrent le groupe connaissent le très difficile "Secular Haze". Alors, pour ne pas nous laisser sur le carreau, Ghost, doublés de Dave Grohl à la production(Ex-Nirvana, Foo Fighters) se sont penchés sur cet EP.

Et le travail est bon, excellent même et annonce on l'espère un prochain album qui envoit. "If you have Ghosts" est une création des plus surprenante au côté très pop. Exit le côté religieux ou les "Zombie queen", et bonjour un rock moderne très bien travaillé dont le refrain est à chanter à tue-tête dans la voiture !

"I'm a marionnette" est déjà beaucoup plus dur à digérer car on revient au classique du groupe, c'est à dire à de l'indescriptible pour tout métalleux. Le rythme est plaisant mais la musique et le chant déraillent sur le refrain avec un déclin successif du ton qui donne un côté psychédélique, flippant, et extrêmement accrocheur. Une belle façon de reprendre le morceau d'un groupe mythique...... ABBA.

Car le groupe est bien décidé à nous montrer une partie de son univers musical et enchaine avec une autre reprise, cette fois-ci de Army of Lovers "Crucified". Tout comme l'original, le refrain est doux, poétique et magique là où les couplets font vraiment film d'horreur. Un titre inoubliable.

Pour finir avec les reprises, le groupe poursuit avec "Waiting for the night" de Depeche Mode qui s'avère extrêmement dur à digérer par le maintient d'un tempo extrêmement lent qui tient difficilement en haleine. Et pourtant, quand on suit la cadence, on se surprend à aimer ça. La très belle voix de Papa Emeritus est un régal sur ce morceau, très loin du cliché qu'on en attend.

C'est "Secular Haze" en live qui va cloturer cet EP, son air de managèe désanchanté, sa voix résonnante, son orgue flippant, son solo lancinant et déjanté. La carte de visite de Ghost, qu'il faudra pour les néophytes écouter, re-écouter et re-écouter jusqu'à en percevoir toute la beauté.

Conclusion : Si vous avez raté le phénomène Ghost, laissez vous tenter par cet EP. Ces artistes suédois bousculent les codes du doom et du gothique dans une musique exquise qui mérite vraiment le détour. Quant au cliché vestimentaire, il en appelle un autre : "Ce groupe est LA révélation de l'année!"

 
Critique : Weska
Note : 9/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 4837 fois