Chronique

ETERNAL REIGN - FORBIDDEN PATH / LMP MUSIC 2005

Cette jeune formation Germanique m’est totalement inconnue et arrive en ce jour nouveau avec ce Forbidden Path sorti de nul part.

Donc je glisse cette rondelle dans ma platine et appuie sur ‘play’. C’est d’abord une intro « gate to infinity » qui nous est présentée, typiquement power métal mélodique. Elle nous laisse entrer dans l’ambiance puis « light the light » débarque dans un riff speed pour se poursuivre en un pur morceau de power mélodique qui me rappelle étrangement les français d’Eternal Flight. D’ailleurs la voix de Dirk Stuhmer est assez proche de celle de Gérard Fois. Un bien bon début confirmé par « into my own hands » qui poursuit un tantinet plus calme, nous dirons plus ambiante, avant le riff heavy qui prend place. Un titre bien puissant qui nous rappelle que le groupe ne fait pas dans la variété, car toujours très inspiré par les grands noms du true métal. Un bien bon début que voilà.
« The final call» commence au piano, une petite interlude calme avant de continuer avec « edge of the world » dans une veine plus métal très proche d’un Brainstorm et au très bon refrain, une nouvelle fois rien à redire bien cool.
Maintenant nous avons droit à un titre français « les rêves en plastique » bien rythmé avec un texte qui reste en anglais sauf pour la dernière phrase du refrain. Un titre qui reste bien cantonné dans son style pour notre plus grand plaisir. « forbidden path » un peu plus énergique ressert le couvert pour un moment qui balance bien, tout est réuni pour fonctionner à merveille chant aux montés hurlantes, duel de gratte et break calme, la recette du succès. « Losing ground » déboule avec des guitares au riffs galopant et une voix bien haute encore. Une fois de plus, la ressemblance avec Eternal Flight est flagrante, à croire qui s’en sont inspiré avant de faire leur album. Bref rien de bien méchant quand même, ne gâchons pas notre plaisir (quand on aime on si fait).
« Set the sails » fait très pressé avec ses guitares et sa basse qui foncent on ne sait où, puis ça se calme. Le refrain bien entraînant fait très True métal, à la Brainstorm, toujours rien de nouveau sauf que c’est encore un bon titre. Avant dernier titre avec la terrible « nightstalker » qui pulse grave une nouvelle fois. La ressemblance avec Brainstorm est inévitable mais que c’est bon. Le groupe se donne à fond et c’est déjà bien. Le refrain te donne envie de chanter à tue tête ah la la…
Et voici la fin « ten second in » qui n’apporte rien de plus mais bon ça on le sait. Un dernier titre digne des autres qui clôt un album 100% pas original mais bien bon quand même (et après tout c’est ça qui compte !).

Conclusion : un nouvel album bien sympatoche et agréable à écouter. Rien de nouveau mais un bon travail accompli pour ces allemands qui devrons se faire une place dans le grand bain du power métal mélodique : à suivre.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Vues : 4866 fois