Chronique

RING OF FIRE - BATTLE OF LENINGRAD / Frontiers records 2014

Et bien cela faisait un bon moment qu'on avait plus eu de nouvelles de Ring Of Fire (2004) et même si Mark Boals a fait rugir ses cordes vocales depuis (Royal Hunt/Iron Mask) le super groupe de néoclassique lui était bel et bien en veille ! Voilà qu'aujourd'hui Mark toujours accompagné de Vitalij Kuprij (Artension) et Tony MacAlpine (Steve Vai) mais sans Virgil Donati (Planet X) se remettent enfin au travail pour raconter l'épique bataille de Leningrad.

Nous voilà donc partis en direction de « Mother Russia » qui démontre tout d'abord que la terre est désolée. La production est brute et le son pauvre (surtout celui de Tony) ce qui déjà fait pale figure. Musicalement le groupe nous gratifie toujours de son Néoclassique bien ciselé. Un début très agréable qui permet de refaire connaissance avec le groupe. Avec « They're calling your name » on accélère le rythme et on repense aux heures glorieuses de notre Suédois préféré (ai je besoin de préciser!?). Un bon titre qui dépote même si ce satané son ne nous arrange pas.
« Empire », se la joue plus progressif et déroule un florilège de rythmes et d'émotions ! Qu'il est bon d'entendre à nouveau Vitalij faire briller ses claviers (l'un des meilleurs de sa génération!). Encore que du bon. Début calme pour « Land of frozen tears » qui est la ballade de cet opus. Un moment agréable qui permet de varier les dires.
Après ce petit passage calme « Firewind » débarque avec l'artillerie lourde. 8 minutes de changements de tempo, d'ambiance pour un morceau épique de choix. Comme quoi le néoclassique peut encore faire très bien les choses ! Avec « Where angels play » on retrouve le speed qui envoie des pieds. Qu'il est bon de constater qu'on peut encore prendre du plaisir avec ce style sursaturé et en voie d'extinction.
Le mid tempo « Battle of Leningrad » donne la chair de poule tant Mark Boals semble possédé par ses paroles. Encore un super titre pour un album dont on attendait rien de spécial. « No way out » poursuit les cavalcades interstellaires avec brio. Décidément Jami Huovinen envoie du lourd derrière sa batterie. Deuxième ballade avec la plus émouvante « Our world ». un peu kitch mais bien foutue, elle tombe à point nommé.
On termine avec « Rain », un titre sombre et heavy qui étonne mais au final est tellement bonne (surtout ses petites accélération!!) qu'on en reste sur le cul !!

Conclusion : Avec son nouvel opus Ring Of Fire revient sur le devant de la scène avec de sérieux arguments. L'expérience et l'amour de cette musique parlent ici, malheureusement entaché par un son pas à la hauteur de leur talent. Bref une très bonne surprise de ce début d'année !!
 
Critique : Guillaume
Note : 7.5/10
Site du groupe :
Vues : 5004 fois