Chronique

RED DRAGON CARTEL - RED DRAGON CARTEL / Frontiers records 2014

Ah enfin !! Qu'il est bon de retrouver Jake E Lee avec un nouveau groupe.
Lui, qui avait disparu des écrans radars depuis (trop) longtemps, nous revient, enfin pour je l'espère une leçon de musique.
Alors pourquoi attendre plus !?

Ça commence très fort avec un « Deceived » qui dépote sévère et rappelle le jeu flamboyant de notre guitariste lorsqu'il jouait avec Ozzy !! Au chant on (re)trouve Darren James Smith (vu au coté d'Harem Scarem) qui gère très bien ce poste et délivre une sacrée perf !! C'est tout excité après un tel titre que je me lance corps et âme sur « Shout it out », un mid tempo plutôt moderne avec des sons électroniques mais qui apportent de bonnes choses ! Torturé mais bonnard ! Il est bon de constater que l'ami Jake n'a pas fait dans la facilité.
« Feeder » voit débarquer le premier invité avec Robin Zander (Cheap Trik), qui s'éclate sur ce titre groovy à la basse bien ronde. Mais rassurez vous la guitare débite des notes à foison (quelle intro!). Un peu de calme avec « Fall from the sky », une ballade simple et aérienne sur laquelle notre chanteur s'en sort fort bien. On retrouve de l'électro lors du punk « Wasted » et un certain Paul Di Anno (Iron Maiden) venu rependre sa verve ! Plus rigolo qu'indispensable.
On change de registre avec le rouleau compresseur « Slave » qui déboule à vitesse folle et emporte tout sur son passage !! Oui ça c'est bon !! Là Jake c'est sorti les doigts du C.. et avec conviction !! La grande classe !!!! Après un tel morceau Mr Lee change la donne avec un pachydermique et angoissant « Big mooth » chanté avec les viscères par Maria Brink (In this moment) pour là encore, un résultat époustouflant  !! Une nouvelle démonstration !
Tiens mais que se passe t-il avec « War machine » !? une compo pompée sur le vieux (ok très vieux!) Black Sabbath (période Sabbath bloody sabbath) où même Darren singe Ozzy. Fun mais manque cruellement de personnalité ! Allez on se prend un peu de bon hard rock sans prétention pour « Redeem me » armé d'une Sass Jordan toujours aussi exquise. Une voix comme celle là, ça court pas les rues !! Et une fois de plus Jake le grand nous pond un sacré solo dont il a le secret.
On termine avec une outro au piano « Exquise tendrese » qui clôt de façon douce mais étonnante cet opus qui l'est tout autant !

Conclusion : Pour un retour c'est un sacré retour. Red Dragon Cartel est un très bon cru et prouve que notre homme en à encore sous le pied. De sacrés arguments, un certain potentiel bref de quoi reprendre espoir et voir demain sous un meilleur jour.

PS : Je profite de cette chronique pour rendre hommage à Ray Gillen, un très grand chanteur trop vite disparu et qui nous manque beaucoup !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 4861 fois