Chronique

DANIELE LIVERANI - FANTASIA / SG Records 2014

Daniele Liverani arrive avec son nouvel album solo, intitulé « Fantasia ». Niveau groupe, on ne retrouve que Marco Zago au clavier, le reste du personnel ayant été changé. Cette fois-ci, ce sont Simon Ciccotti (batterie) et Nicolo Vese (basse) qui sont dans les rangs. A côté de ça, pas de grande surprise niveau concept, c’est un nouvel album instrumental.

Un album constitué de onze pistes, nous plongeant à nouveau dans cet univers musical mélodique, racé et technique où les musiciens s’en donnent à cœur joie. Ce qui est surprenant avec Daniele, c’est que malgré le nombre de d’albums qu’il sort, il arrive toujours à créer le petit plus qui fera que le disque sera intéressant.
Sur ces onze morceaux, nous avons trois titres qui se démarquent aisément du reste. Le premier est « Joke » qui commence sur avec une voix annonçant le morceau (ndlr : une voix d’on on se serait quand même passé). Le tout part sur en tempo endiablé où les musiciens nous montrent que technique et aisance s’allient pour le plaisir de tous les auditeurs musiciens ou non. Il y a ensuite la tendre et magique « Black horse » aux allures bluesy et mélancoliques, donnant de sacrés frissons et qui il faut le dire, fait rêver ! Un pur moment de bonheur. Pour ce qui est du troisième morceau, il s’agit de « Guilty » (ndlr : où la encore la voix d’intro laisse perplexe). Un titre aux riffs agressifs ou légers mais qui nous plongent dans un univers progressif plaisant, loin des longues démonstrations techniques de Dream Theater par exemple.

Pour ce qui est du reste de l’album, les morceaux arrivent à se différencier, abordant une ambiance différente à chaque fois, mais qui mis bout à bout s’unissent et se mélangent sans difficultés. Seul le morceau « Heaven » sera un peu lassant, donnant une impression d’être un titre mou et sans grande inspiration. Le final « Rage » par contre nous plongera dans un univers sombre, racé où le shred est à l’honneur, et où certains passages à la batterie ‘guerriers’ font des breaks bienvenus.

Conslusion : un album sympa, se laissant écouter avec plaisir mais qui se doit être le dernier en instrumental pour ne pas que ce projet tourne trop en rond. Un chanteur serait apprécié dans le prochain album du guitariste italien. On notera aussi un son niveau batterie un peu pauvre, ce qui ne rend pas hommage à cette musique ni au musicien.
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Site du groupe : Site de Daniele Liverani
Vues : 5076 fois