Chronique

EDGUY - SPACE POLICE DEFENDERS OF THE CROWN / Nuclear Blast 2014

Ils sont enfin de retour nos gais lurons d’EDGUY !! Entre deux « Avantasia », sieur Sammet ne délaisse pas son cher groupe. Autant vous prévenir, il compose sans cesse depuis 2007 et il est toujours… aussi bon. Avec « Space Police – Defenders of the Crown » c’est le retour à un heavy puissant, de la bonne humeur, de l’humour, bref la bonne recette. Et comme ça fait longtemps que j’ai pas fait de track by track, ben je vais en faire un.

SABRE AND TORCH : On commence avec du très lourd : riff grave et puissant qui rappelle un peu « Ministry of Saints » de l’album « Tinnitus Sanctus » mais avec encore plus de testostérone. Tobias très en voix nous sort un chant très nerveux et poignant ! Gros chœurs, solo racé et dément, ça c’est fait. Surement un des morceaux les plus heavy du groupe.

SPACE POLICE : Introduction joviale au clavier, genre vieux jeu d’arcade ; on retrouve de bon EDGUY sur le couplet, avec le thème de l’espace très respecté puisque le Theremine est de la partie. Le point (très) fort de ce morceau est sans nul doute le refrain qui est juste dantesque ! La fin du morceau est… space. Je vois pas d’autres mots.

DEFENDERS OF THE CROWN : Reprise du gros son, avec un excellent riff très entrainant. Couplet simple et classique mais les lignes de chant sont très bonne, le morceau a une très belle énergie, j’adore !
Les soli de Jens et Dirk sont très bon, rien à dire. Ça claque !

LOVE TYGER : Morceau qui fera l’objet d’un single. Ça commence par un ronronnement, bon je ne m’étonne pas. Le morceau est très léger, jouissif et entrainant comme l’était « Lavatory Love Machine ». Rien à jeter !! Ni le riff ni les lignes mélodiques. Bombe en puissance.

THE REALMS OF BABA YAGA: Riff à la « Nobody’s Hero », le morceau speede à fond. Refrain explosive avec un excellent boulot de Tobias. La fin monte encore en puissance et Tobias, magistral me fait pense à Bruce « The Air Raid Siren » Dickinson sur la fin de « Hallowed Be Thy Name » d’Iron Maiden. La grande classe.

ROCK ME AMADEUS : Break « What the Fuck » avec cette reprise de Falco, chanteur autrichien dont la renommée n’est visiblement plus à faire. Bah c’est barré mais quand même super entrainant… Faites vous votre propre opinion mais moi perso ça passe bien quand on sait qu’EDGUY aime ne pas se prendre au sérieux.

DO ME LIKE A CAVEMAN: Retour à du EDGUY plus classique, assez mid tempo, avec des claviers mis en avant, ça me rappelle assez « Superheroes ». Simple mais efficace. Moins original mais bon, surtout la fin.

SHADOW EATER : Le morceau est assez puissant, la voix de Tobias passe du grave à l’aigu, le morceau change de rythme assez souvent. In fine on a un morceau qui a un bon impact et qui passe crème. Les chœurs arrivent juste quand il faut, un bon boulot.

ALONE IN MYSELF : Morceau qui sonne plus old school et qui aurait très bien pu figurer sur la trilogie « Scarecrow » d’Avantasia, surtout avec le thème abordé.
On a un morceau assez posé, avec beaucoup d’orgue et de piano, mais ce qu’il faut de distorsion et de puissance pour ne pas faire mièvre. Morceau clin d’œil assez sympathique.

THE ETERNAL WAYFERER : Introduction assez calme et lente, puis explosion avec une bonne rythmique et un clavier déments ! Ambiances et tempo changeants, long (très bon) solo, l’album fini sur un pavé de près de 9 minutes ! Très bonne fin !!


EDGUY nous livre là un excellent album. A n’en pas douter un des meilleur de sa discographie ! Le groupe est plus fort que jamais. Je suis plutôt fan du début d’album qui tout simplement parfait. Que des hits !!!
Et malgré le succès connu par Avantasia, Tobias Sammet met les points sur les « i » : EDGUY’S NOT DEAD, HE’S READY TO KICKASS AGAIN !!



 
Critique : SBM
Note : 9/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 4864 fois