Chronique

MARS RED SKY - STRANDED IN ARCADIA / Listenable records 2014

Message personnel à mes collègues du seigneurs du métal : "Le vendredi du Hellfest, si vous ne me trouvez pas, regardez le planning, je suis exceptionnellement dans la Valley devant Mars Red Sky". Ce groupe bordelais propose une musique improbable qui mérite au moins le détour. Avec une large influence du rock des 70's, le groupe balance un stoner pop psychédélique sous metamphétamine qui décolle la rétine des oreilles. Si, c'est possible !

En revanche, aujourd'hui, la note est fictive car plus que jamais, cette musique est réservé à une élite, un groupuscule de personne qui de temps en temps ont envie de déraper, de voyager, de planer, de rêver.

"The light beyond" qui ouvre l'album annonce déjà le ton : 8 minutes, très largement dominé par un riff ultra répétitif, ultra saturé et gras, mais gras ! Comme beaucoup de groupe de stoner et de psyché, le groupe fonctionne en trio et donne ainsi un très grand espace à la basse qui devient un instrument à part entière, profite des saturations, envoie de la mélodie. Pour servir le tout, l'ensemble est accompagné dune voix aigue, maîtrisée et de solis bien trouvés.

Le stoner, c'est aussi de l'alcool, de la gueule de bois, et du sexe et puis c'est marre. Mais Mars Red Sky fait dans le raffinement, le glamour, beaucoup plus pop que ces compères. Alors un réveil avec une gueule de bois sur "Holy mondays" est un réveil sur une musique douce, qui pourrait coller à la panthère rose, qui dérapage à peine sous la distorsion, mais que la voix va inciter à replonger dans le brouillard ; jusqu'à ce que le réveil sonne pour de bon sur une musique beaucoup plus rythmé et positive.

Les morceaux s'enchaînent et se ressemblent énormément et je me suis très rapidement retrouvé avec "Seen a Ghost", à la fin de l'album, avec un riff hyper prenant, aussi répétitif que le premier titre, et toujours très panthère rose. Les couplets s'encaissent assez difficilement et au final, le meilleur reste la partie instrumentale et les solis qui sont complètement hypnotique.


C'est un peu d'ailleurs ce qui m'a rendu fou du morceau "Arcadia", intégralement instrumental. Les solis sont envoutants, abusent un peu sur le waah-waah c'est vrai, mais c'est tellement génial. Le groupe sait d'ailleurs passer un cran au-dessus en passant la saturation à un niveau encore plus élevé et en incorporant un élément improbable, également présent sur le titre "Hovering Satellites" : la double pédale.

Conclusion : Pour sûr, Mars Red Sky produit un travail extraordinaire et accomplit un miracle seulement possible par l'art, celui de déconnecter du monde réel pour un royaume complètement imaginaire. Mais voilà, c'est comme les très grands vins, il n'est pas possible en grande quantité mais surtout : il faut trouver une bonne occasion pour en déboucher et peu de monde sait réellement l'apprécier.

Tracklisting :
1)THE LIGHT BEYOND
2)HOVERING SATELLITES
3)HOLY MONDAYS
4)JOIN THE RACE
5)ARCADIA
6)CIRCLES
7)SEEN A GHOST
8)BEYOND THE LIGHT (outro)
 
Critique : Weska
Note : 7/10
Site du groupe : Bandcamp du groupe
Vues : 4908 fois