Chronique

NIGHT RANGER - HIGH ROAD / Frontiers Records 2014

Après un retour en force en 2011, voilà que les américains, héros des années 80 reviennent avec un nouvel album, intitulé « High Road ».

Débute avec le titre éponyme, pas de surprise sauf que ce titre met la barre bien haute immédiatement. Cet anthem rock pop va très certainement marquer les esprits et autant dire que les compères Kelly Keagy et Jack Blades ne font pas les choses à moitié. D’ailleurs, le groupe ne s’assoie pas sur ses lauriers et continue de proposer des titres racés. Ce second titre « Knock Knock never stop » est là pour confirmer cette tendance. Entre puissance, légèreté et rock, ce titre boostera votre bonne humeur au taquet et vous plongera au passage dans une nostalgie des années 80. Ambiance un peu plus bluesy pour débuter « Rollin’ On » où la guitare vibre et raisonne clamant ses droits. Un titre que les irlandais de The Answer ne pourraient renier. Une bonne patate qui est donnée là. Pour « Don’t live here anywhere », changement d’ambiance. Intro au clavier, et avec douceur pour cette première ballade de l’album. Jolie et gentillette, mais un peu trop standard quand même. Retour maintenant au rock avec « I’m coming home » qui monte en pression lentement mais surement avec d’exploser et ce pour notre plus grand plaisir, sans parler du refrain qui entre chant et musique est imparable. Mais Night Ranger ne s’arrête pas là et continue d’enfoncer le clou avec « X Generation » tout aussi percutant où les messieurs montrent qu’ils ont encore de bonnes ressources.

Nouveau break, nouvelle ballade. « Only for you only » pointe le bout de son nez avec le piano, et même si elle est un peu plus simple que la ballade précédente, elle en est plus jolie et plus accrocheuse avec cette ambiance acoustique et ce chant mielleux. Quelques harmonies, et « Hang on » vient retentir et nous remettre dans le bain avec son mid tempo rageur. Changement de donne pour « Saint Bartholomews », avec une accroche plus sombre et agressive, où la basse lance les hostilités, et où les riffs fusent, alternés avec des breaks histoire de donner une nouvelle approche musicale à cet album. Certainement un des meilleurs titres de l’album. Après ce moment d’euphorie, « Brother » vient calmer le tout et mettre un point final à cet album, le tout en toute tranquillité, ce qui est un peu dommage quand même.

Conclusion : Quel album ! En dehors de deux ballades quasi inutiles, Night Ranger nous délivre une bien bonne galette qui prouve que les papis rocker en ont encore sous le capot !
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Vues : 5359 fois