Chronique

DEVIN TOWNSEND PROJECT - Z2 / Inside out 2014

Décidément on peut se poser la question, comment Devin fait pour réaliser autant de musique en si peu de temps !!?? Le voilà aujourd'hui dans une nouvelle aventure en deux parties : 'Sky blue' et 'Dark matters' la suite de 'Ziltoid', une énième 'folie' à découvrir dans un instant. Prêts pour un voyage interstellaire ?

Blue Sky

La suite 'd'Epicloud' débute par « Rejoice » qui est dans les standards habituels de notre Canadien. Un titre simple qui manque d'accroche. Un début pas totalement convainquant ! « Fallout » s’enchaîne directement et nous livre du bien meilleur : rythmé et mélodique il redonne le sourire. Je suis rassuré !
Toujours sans temps mort « Midnight sun » débarque dans une ambiance soft. Devin est céleste dans ces moments là posant sa voix avec beaucoup de sensibilité. Tout simplement magnifique. Encore bercé par les tendres mélodies qu'arrive « A new reign » un titre plus rock tout en gardant cette aspect aérien si bon. Anneke faisant toujours partie de l'aventure , se trouve ici utilisée à bon escient en chœurs ou soutien. Fini les duos trop envahissants.
« Universal flame » nous envoie sur du rock festif qui fait son effet. Devin semble avoir trouvé un style qui lui correspond et le délivre avec talent. C'est au tour de « Warrior » de faire son effet, même si je trouve le morceau pas des plus facile d’accès. Cette fois ci Anneke est bien plus présente (voir peut être trop) mais réalise un super boulot. Une fois de plus une chorale a fait le déplacement pour un effet grandiose.
On retrouve du plus simple mais ultra efficace avec « Sky blue », un titre rock et futuriste qui passe très bien et permet de poursuivre ce voyage de la meilleure des manières. Puis « Silent militia » nous offre un titre étrange très martial et à nouveau futuriste. Une surprise qui au final marque les esprits. Peut être même le meilleur moment de cet opus !! Une petite tuerie qui te fait te lever d'un seul homme !!!
Quelques notes de piano nous accueillent pour « Rain city ». Une ballade planante qui vous enivre, avant que « Forever » ne nous conforte dans notre voyage au dessus des cieux ! Un calme quasi religieux, qui dure assez longtemps pour te faire planer !
Heureusement pour nous « Before we die » arrive et redonne du rythme dans ce moment étrange. Un titre très pop mais d'une beauté extraordinaire, une nouvelle fois Devin a réussi à se transcender et à l'écoute de ce refrain on ne peut qu'avoir les poils qui se dressent !! On termine avec « The ones who love », une sorte de prière gospel qui étonne mais te file des frissons comme jamais !! Anneke est tout simplement sublime. Une façon de finir ce voyage dans les cieux divins.

Dark Matters

Notre héros galactique revient nous narrer ses folles aventures en commençant par un « Z2 » colossal qui ne laisse pas de marbre !! Ici l'aspect chorale prend une tout autre dimension ! Là on a à faire à de la musique de film ! Après cette intro « From sleep awake » poursuit l'histoire et montre que notre artiste est allé très très loin dans son délire. Mais quelle réussite !!
« Ziltondian empire » se la joue titre ambiant mais progressif à souhait. Que de changements d'atmosphères ! Barré au possible ! On change de registre avec « War princess » bien plus métal, sur laquelle Anneke est mise en avant ! « Deathray » enfonce le clou avec un titre qui envoie des pieds. Méchant de chez méchant !
« March of the poozers » accentue encore plus le délire de cette histoire sur un mid tempo puissant et gavé de choeurs qui n'est pas sans rappeler 'Deconstruction' !! Une tuerie qu’adoreraient Danny Elfman et Tim Burton !! « Wandering eyes » suit dans une ambiance étrange voir glauque par moment, mais toujours foncièrement métal ! Dommage que la suite trop parlée plombe tout. Mais voilà que « Earth » arrive et délivre une musique complexe (même un peu trop) qui rebute au premier abord. Un titre qui part dans tous les sens !
Un peu de métal à l'ancienne (on pense à Strapping) avec « Ziltoid goes home » qui pulse et fait du bien. Un peu de repère dans cet opus n'est pas de trop. Alors qu'on part en c... complètement (mais quelle histoire de fou!!) durant « Through the wormhole » qui narre les aventure de Ziltoid l'auditeur pris entre fou rire et incompréhension attend la fin. « Dimension Z » qui clôt notre aventure intergalactique la plus déjantée de l'univers avec un titre fort réussi.

Conclusion : 'Blue Sky' poursuit dans la même veine 'qu'Epicloud' et montre le nouveau visage de notre génie, plus assagi mais toujours aussi brillant. Un voyage rare et intense. 'Dark Matters' est la suite logique de 'Ziltoid' beaucoup plus barrée et cinématographique que la première histoire. Un moment compliqué (mais délirant) qui ne conviendra pas à tout le monde !
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 4865 fois