Chronique

THUNDERSTONE - TOOL OF DESTRUCTION / NUCLEAR BLAST 2005

S’il y a bien un groupe qui me surprend d’album en album c’est bien Thunderstone. Après un 1er opus que j’ai trouvé inintéressant au possible, puis un 2eme que j’ai bien apprécié. (chroniqué ici même) Voici déjà leur 3eme livraison est là que dire : un super bon album ! Donc ce Tool of destruction arrive à peine un ans après ‘The burning’ ben oui il faut battre le fer tant il est chaud non. Et force est de constater que ça leur à réussit.

Intro à la basse pour « Tool of the devil ». Le 1er single est un mid tempo puissant qui ouvre divinement bien ce nouvel opus. Pasi nous prouve une nouvelle fois ses talents de chanteur dans une interprétation nickelle. Nino Laurenne quand à lui s’impose comme un très bon guitariste et un très bon compositeur car il est présent sur quasi totalité des titres.« Without wings » attaque dans un esprit plus speed puis se pose sur un couplet heavy puissant très bien aidé par une production exemplaire. Le refrain speed est sympa, certaines mauvaises langues diront encore que c’est du Strato remanié moi je leur répondrai : merde ! Car d’autres groupes font pareil et on leur dit rien. Pour moi c’est un titre bien sympa, suivit par la très bonne « Liquid of the kings ». Intro à la guitare saturée puis on part dans un mélange heavy / speed mélodique surplombé par le synthé de Kari Tornack. La guitare bien heavy métal rappelle plutôt les combos du style Brainstorm que les finlandais précités. Le refrain hyper mélodieux est un régal, emmené par un Pasi qui se présente comme meilleur chanteur d’album en album et qui n’a pas fini de nous en mettre plein la vue. A noter une partie solo entre guitare et synthé superbement interprété.
« I will come again » est un nouveau mid tempo bien mélodique qui passe très bien. Le refrain appuyé par des chœurs est vraiment cool. Un bon point. « Welcome to the real » est le 1er titre qui n’a pas était écrit par Nino. Pourtant on ne pourra pas dire que ça lui a porté malheur car ce mid tempo heavy est terrible. Couplet à la basse, calme avant un refrain puissant porté par l’ organe d’un grand Pasi qui peut rivaliser avec les grands noms de métal mélodique. Le solo de synthé est terrible jouant sur des effets apportant un plus indéniable, et quand la guitare arrive pour jouer, là non plus rien à dire : du grand, du très grand.
« The last song » (qui n’a rien d’une reprise de Sir Elton John) est bien rythmée, emmenée par le synthé de Kari. Elle met de la pêche, en plein milieu de l’album. Un bien bon titre qui nous montre le bon travail de la section rythmique : Titus Hjelm à la basse et Mirka Rantanen à la batterie.
« Another fine » est la ballade de cet album. Accompagné par la guitare sèche de Nino. Pasi pose ses lignes vocales tendres et touchantes. Le refrain métal est très ambiant, avec à la suite une petite partie symphonique du plus belle effet. Un très belle exercice que voici.
« Feed the fire » est le deuxième titre sur lequel Nino n’intervient pas dans la composition. Un titre bien rythmé, heavy bien sympatoche. Intro à ambiance pour « Weight of the world » une nouvelle fois emmenée par le synthé de Kari, puis c’est parti. Ce titre est le plus speed mais pas le plus mauvais (même si il faut le dire il n’y en a pas) il donne une bonne patate à l’ensemble.
Voici le meilleur pour la fin « Land of innocence » : un condensé de génie dans ce mid tempo fabuleux. Intro au piano sur des synthés sombres, entrée de la guitare avec le reste de la troupe, dans une version bien heavy. Pasi posé et calme entre en scène, sur quelques notes de piano, avant que l’ensemble ne parte dans un monstrueux refrain, mélodieux, un brin orchestral et bien sombre. Petit break acoustique, avant un passage énorme appuyé par les synthés. Pasi explose son talent. Le solo inspiré est superbe sûrement le meilleur titre du groupe est de loin : magnifique !!
A noter 2 bonus pour la version limitée : « Spire » version acoustique terrible avec accordéon et tout le tralala. Une version bien cool qui change, et « Spread my wings » en 1ere version démo. De plus vous y trouverez la vidéo de « Tool of the devil ».

Conclusion : Il y a de cela 3 ans, jamais je n’aurai acheté un album de ces finlandais mais force est de constater que là ça force le respect. Un très grand album bien personnel qui prouve les qualités de ce combo sur qui il faudra dorénavant compter. Bravo Messieurs.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Vues : 5006 fois