Chronique

LAMB OF GOD - VII : STURM UND DRANG / Nuclear Blast 2015

Tempête et Passion. Voilà qui définit parfaitement la nouvelle production des prodiges du Groove metal. Les américains ont composé un véritable ouragan, une déferlante de riffs qui ne vous laissera qu'une envie : prendre une guitare et exploser vos murs à coup de décibel. Et si d'apparence rien ne semble nouveau à l'écoute de la mise en bouche explosive Still Echoes, le groupe s'est surpassé et composé un incontournable de sa discographie.



Lecture en diagonale
Les atouts de Strum und Drang
Car oui, cet album est un grand cru et cela passe par une grande facilité d'immersion et la présence d'yeux de cyclones dans ce carnage de riffs. Ce sont dans ces interludes que s'exprime la richesse du groupe. A la première écoute, Embers se détache des premiers titres de part son refrains lent et pharaonique et une collaboration inattendue avec Chino Moreno de Deftones à qui est consacré un pont aérien envoutant.

Dans une ambiance Southern, le lancinant Overlord est une occasion pour Randy Blythe de s'exercer à nouveau sur un chair clair, avec un résultat particulièrement intéressant, bien plus réussit que sur les albums Wrath et Resolution. La structure progressive est unique, accentuée par un refrain au cours duquel le chant est doublé à la tierce... ou à la sixte, bref référez vous à "la quinte juste" de la série Kaamelott.

Plus virulent, mais non moins réglé sur un tempo ralentit, vous découvrirez en début et en fin d'album les titres 512 et Engage the fear machine qui portent haut le côté mélodique dissonant du groupe. Pesant, menaçant et groovy à souhait, ils sont addictifs

Coups de coeur assuré sur Erase this
Le groupe ne manque au final pas d'inspiration, mais surtout, surtout a donné énormément d'importance et de soin à la production. Les instruments sont réglés au poil de fesse et la growl de Randy est prodigieusement bien rendu. C'est pour résumer cet ensemble que je donne mon coup de coeur sur Erase this. A l'image de l'album, il s'agit d'un véritable terrain de jeux pour les guitaristes qui ont composés des riffs de génie qui collent au bide. Cependant ce titre ce démarque par une utilisation à outrance des différents pinch harmoniques, donnant ainsi à leur musique une touche Southern qui n'est pas sans rappeler Black Label Society. Au sommet de cet instant savouré au Jack Daniel's, un solo de guitare-talkbox complètement inattendu dont la réalisation rivalise avec ceux qui ont utilisé ce gadget technologique avec brio comme Deep Purple ou Mötley Crüe.

Conclusion : Sturm und Drang est un concentré d'explosif façon metal. Proposant une grande variété de rythme, les américains maintiennent une identité homogène avec une panoplie de mélodies incroyable. En apparence simple et rentre-dedans, il se dévoile comme le bon vin avec le temps.

Tracklist :
1.Still Echoes
2.Erase This
3.512
4.Embers (featuring Chino Moreno)
5.Footprints
6.Overlord
7.Anthropoid
8.Engage the Fear Machine
9.Delusion Pandemic
10. Torches (featuring Greg Puciato)




 
Critique : Weska
Note : 9/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 5371 fois