Chronique

SOULFLY - ARCHANGEL / Nuclear Blast 2015

Les dernières années ont été florissantes pour Max Cavalera qui n'a jamais autant donné l'impression d'être sur la brèche, sur tous les fronts du metal. En revanche, La qualité des productions a pris du plomb dans l'aile, avec des sortis Soufly ou même Cavalera Conspiracy qui n'égalent pas l'âge d'or de la période Prophecy.

Mais comme toute loose a une fin, c'est dans le projet Killer Be Killed avec des gars de Mastodon ou encore The Dilliger Escape Plan, que notre brésilien préféré a fait le plein d'inspiration. Archangel est donc là pour remettre les pendules à l'heure et vous mettre un gros coup de pied au cul !

Changement de décor
La pochette illustre un changement tant sur le plan esthétique que sonore. Dans les textes, l'auditeur est plongé dans l'anciens testament, et parfois même dérives sur les mythologies européennes. Une direction qui avait été juste survolée jusque là prend ici le premier plan, au point d'en citer certains passage de textes sacrés. Why not, avec ça au final Max bricole des textes qui déclenche une transe musicale dont les punchlines nous suivent jusque dans la douche !

There shall be no whores of the daughters of Israel.
Nor a sodomite of the sons of Israel.
[Deuteronome 23, 18]

Il n'y aura pas de prostituée parmi les filles d'Israël,
ni un sodomite parmi les fils d'Israël.


Un metal multiface dévastateur
Dans le son, exit l'aspect tribal, les tambours et les citars, et bonjour le métal un peu plus brut de production, blasphématoire et iconoclaste. Je me suis retrouvé plusieurs écoutes consécutives à faire le parallèle avec Chaos A.D et Roots Bloody Roots de Sepultura car il y a sur Archangel ce choc entre l'ancien et le nouveau qui donne à Sodomites ou encore à Shamash toute leur splendeur.

L'approche de la musique de Max Cavalera est simple, mais il y a un gros travail sur le rythme, ce groove unique et accrocheur, ainsi que sur les mélodies et les solis qui apportent du sens et de la puissance. Ecoute après écoute, toutes les étiquettes de la planète viennent à l'esprit : Death, Thrash, Groove, Metalcore, Hardcore, Nu Metal. Le va à l'essentiel s'appuie donc sur de solides base et genère ce qu'il faut d'entrain pour accrocher aux ambiances sombres et aux riffs groovy qui font le succès de titre comme Ishtar Rising. Titre qui tient même sur 2:45.

Le seul regret au final est de trouver deux morceaux clichés du métal fuck you all dont Live Life Hard! où l'invité exprime un punk hardcore d'une voix de chihuahua asphyxié. Heureusement que musicalement ça tiens la route ! Et plus que bien !

Conclusion : Archangel est ce qu'on appelle un retour en force. Avec une pointe de renouveau, il donne réellement envie d'aller voir ça en concert et de se replonger dans la discographie du groupe après avoir fait des ravages dans le pit. Succès sans appel !
 
Critique : Weska
Note : 8/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 5655 fois