Chronique

HACKTIVIST - OUTSIDE THE BOX / UNFD 2016

"ILS ONT TOUT COMPRIS !". Voici ma réaction à chaud après seulement quelques minutes d'écoute. C'est tout ce que l'on peut ressentir quand une idée innovante sonne si évidente : la rencontre entre le hip-hop et le djent, ou pour les profanes, entre Meshuggah et Jay-Z ; le rappeur, oui! Conception, inspiration, exécution, ces britanniques passent du coup d'essai au coup de maître. Je n'irai donc pas par 4 chemins, mais par 3 arguments pour vous persuader de rejoindre le rang des fans !

#1 : Un Duo de chanteurs percutant
J. Hurley et Ben Marvin se partagent le chant comme Linkin Park en son temps. Rap pour le premier, chant saturé et clair pour le second. Ils pousseront par contre leur puissance vers les extrêmes en prônant un rap percutant particulièrement brut de décoffrage, qui contre toute attente trouve complètement sa place.
Tantôt nombrilistes, tantôt contestataires, les quelques punchlines capturées à la volée donnent envie de se plonger dans des textes comme "No way back", véritable exemple de perfection dans le concept avec notamment un swap du chant où Ben Marvin n'hésite pas à balancer du verbe à son tour.

#2 : Des Influences parfaitement maîtrisées
Véritable héritiers du style Meshuggah avec son duo basse 6 cordes/guitares 8 cordes, les musiciens d'Hacktivist ont trouvé leur équilibre entre le punch foudroyant d'un Periphery, et l'approche progressive et planante de Tesseract. Si l'inspiration est clairement palpable, l'exécution est parfaite si bien que je mets pas la main sur un quelconque défaut. A chaque nouvelle écoute, de nouvelle subtilité apparaissent, qui permettent de comprendre pourquoi le titre "Deceive and defy" est une telle tuerie. Des traces de trip-hop et même du nu métal. What else ?

#3 : La signature d'un grand groupe
Après trois ans d'écriture, des titres réenregistrés pour les déjà-fans, il est facile de comprendre que les britanniques n'ont rien laissé au hasard. Tous les codes sont là, interprétés avec classe. Intro Electro-Rap, un interlude planant, un "Rotten" en rap intégral en quasi opposition avec l'ultra explosif "Elevate" résolument plus métal. Et pour finir, une large panoplie de featuring pour donner une ampleur phénoménale aux titres.

Pour les à-côtés, la production est tout simplement irréprochable, digne d'une superproduction et la tracklist parfaitement ordonné qui ménage les effets.

Conclusion : Si l'introduction et les arguments n'ont pas suffit, je m'en voudrai de ne pas avoir contribuer à mon échelle à la carrière du groupe. Alors pour dernière tentative, je dirai que "Outside the box" est l'archétype de l'album parfait du tout début de carrière. Car après lui, il y a de grande chance que le groupe soit jeté sous le feu des projecteurs, devienne pionnier d'une nouvelle vague certes, mais condamnés à toujours faire moins bien. Et j'espère bien qu'ils me prouveront le contraire !

Tracklisting
01.OUR TIME (feat. Marlon Hurley)
02.HATE
03.DECEIVE & DEFY (feat. Jamie Graham from Heart Of A Coward)
04.TAKEN (feat. Rou Reynolds from Enter Shikari)
05.THE STORM
06.NO WAY BACK
07.FALSE IDOLS
08.ROTTEN (feat. Astroid Boys & Jot Maxi)
09.ELEVATE
10.OUTSIDE THE BOX
11.BUSZY
12.THE STORM II
 
Critique : Weska
Note : 10/10
Site du groupe : site du groupe
Vues : 5030 fois