Chronique

MOTLEY CRUE - THE END : LIVE IN LOS ANGELES / Eleven Seven Music 2016

Après 34 ans de bons et loyaux services (c'est pour la forme pas besoin de débattre) le groupe le plus sulfureux de la planète tire le rideau définitivement (espérons le bien et pas un coup à la Scorpions!!) en nous proposant ce live capté dans la citée des anges pour leur dernier concert !! Un grand moment d'émotions mais pas que...

Après une courte intro ça envoie du lourd avec un « Girls girls girls » toujours aussi bon !! Cet hommage (de leur point de vue) à la gente féminine fait toujours son effet et nous plonge, comme il se doit, dans le bain.
Le son est solide et très propre, apparemment peu retouché, sans en faire des tonnes. Le groupe semble en forme : Tommy Lee frappe sur sa batterie comme un possédé, Mick Mars tronçonne comme à son habitude, Nikki Sixx fait vrombir sa basse comme à ses 20ans et Vince Neil chante avec il faut bien le dire quelques difficultés mais surtout avec conviction, il a encore la gnaque malgré son fort embonpoint.
Alors oui on peut débattre sur la voix de Vince qui a beaucoup perdu de son souffle (il semble bien cramé le petit) et sur ses approximations, mais vu que c'est là fin, je serai indulgent (d'ailleurs pour aller au fond de ma pensé n'a t-il pas toujours été un peu le point faible du groupe et donc pas toujours irréprochable!?).
Par contre niveau set list évidement c'est un florilège de succès et de tubes dont on a droit. Il faut dire que le groupe depuis sa reformation avec Tommy Lee, nous propose toujours les mêmes titres. Il est vrai que peut être que pour une tournée d'adieu quelques raretés auraient été les bienvenues. Mais bon là encore un débat peut s'ouvrir. Sachant que hormis les titres du petit dernier (dont 2 ont survécus) tous sont présents dans leur dernier live daté de 10 ans !!!
Oui le groupe propose du facile et aussi ce que la majorité est venue entendre mais je persiste à dire que pour un show ultime et surtout exceptionnel, ils auraient pu faire un effort.
Alors oui je sais qu'un concert de Motley Crue c'est avant tout du spectacle et j'ose penser que le format vidéo doit être un tuerie visuelle avec des effets en veux tu en voilà. On s'y penchera peut être plus tard !
Donc les titres s’enchaînent, la fin approche inévitablement et après avoir chanté tous les refrains, bougé au rythme de ses tubes, voilà qu'arrive « Home sweet home » qui ne peut que prendre plus d'ampleur ici à L.A !!! Une version pleine d'émotions (Vince Neil y versera sa petite larme à la fin) qui nous remplit le corps de frissons, et on sait que cette fois ci la page se tourne définitivement...

Intro
Girls, Girls, Girls
Wild Side
Primal Scream
Same Ol’ Situation (S.O.S.)
Don’t Go Away Mad (Just Go Away)
Smokin’ In The Boys’ Room
Looks That Kill
Mutherfuckers Of The Year
Shout At The Devil
Louder Than Hell
Saints Of Los Angeles
Live Wire
Dr. Feelgood
Kickstart My Heart
Home Sweet Home

Conclusion : Dur de noter pareil album, car mon coté pointilleux (oui chiant je vous l'accorde) dira que c'est un groupe cuit, au bout du rouleau et qui ne se supporte plus, qui se produit, d'où la fin, mais au moins il clôt réellement ce chapitre avant que chacun ne poursuivre sa voie (comme l'exquis Sixx AM de Nikki). Un groupe plutôt unique et qui aura marqué de son empreinte notre musique avec du bon et du moins bon. Oui le hard rock sans Motley Crue ça va être moins épicé.
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 4865 fois