Chronique

MICHAEL ROMEO - WAR OF THE WORLDS PART 1 / Mascott records 2018

Profitant du standby de Symphony X le génie Roméo nous sort son second opus solo, après l'instrumental 'Dark Chapter' en 1994. Un album concept inspiré par la guerre des mondes H G Wells. Partons à sa découverte...

Tout commence par l'habituelle « Introduction » très symphonique et maîtrisée qui nous lance sur un instrumental qui met évidement en avant l'immense talent de Mr Roméo! Alors oui c'est très, très proche de son groupe, mais n'est-il pas le seul maître à son bord ?
Grâce à « Fear the unknown » le chant arrive et quelle voix !! Certes moins puissante que celle du colosse Russel Allen, celle de Rick Castellano est tout de même impressionnante !! Voilà la grande surprise de cet opus. L'histoire se poursuit avec « Black » qui s’enchaîne et déboule avec à nouveau un riff que seul Michael en a la recette !
On retrouve dans cette musique le Symphony fin 90 début 2000, plus mélodique et moins Power bourrin que ces derniers temps. Perso j'adore !!
« Fucking robots » plus porté par des sonorités électro dubstep étonne mais le chant lumineux de Rick fait des merveilles. Un parfum d'orient vient à nous avec « Djinn » qui rappelle des souvenirs aux fans de la formation New-yorkaise. A nouveau le talent de Rick est mis en exposition et laisse sur le cul !
La très mélodique « Believe » continue de nous plonger dans le passé de notre homme. Un petit bijou de musique comme il a si bien su nous les faire. La baston reprend avec « Differences ». Un passage bien plus rentre dedans qui permet de ne pas décrocher de cette histoire.
L'instrumentale « War machine » rappelle fortement l'album 'V' et fait le boulot avant « Oblivion » plus direct et efficace parfait comme deuxième single.
On termine cette première partie avec « Constellations » et son début calme prenant. Un morceau épique qui monte en puissance et en intensité pour nous laisser scotchés.

Conclusion : Pour cet album solo Michael Romeo n'aura pas fait de surprise en créant un univers loin de celui pratiqué par son groupe mais aura réalisé un opus solide et inspiré qui replonge quelque peu dans son passé. Un très bon moment qui aura surtout permis de découvrir un sacré chanteur !
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 4870 fois