Chronique

NOCTURNAL RITES - GRAND ILLUSION / CENTURY MEDIA 2005

Nos suédois de Nocturnal Rites sont déjà de retour à peine plus d’1 an après leur très bon New world messiah, pour un ‘Grand illusion’ qui doit confirmer les grand espoirs portés depuis Shadowland.
Sans plus attendre découvront cette galette surprenante.
 
Grosse entrée avec « Fools never die » le son est très puissant (comme depuis déjà 4 ans) la prod est très bonne et la voix de Jonny Lindqvist toujours aussi excellente. Coté musique nous avons à faire à un gros mid tempo méchamment mélodique, ce qui permet à Jonny de se démarquer encore plus.  Une bien bonne entrée en matière.
Pour ne pas débander de si tôt « Never trust » attaque aussitôt. Deux guitares tranchantes et un synthé qui horne le tout voilà la nouvelle recette. Ce heavy métal plus mélodique prend bien, aidé il faut réellement le dire, par un chanteur extraordinaire (là aussi un des meilleurs actuellement !). Plus rythmé que sa devancière elle vous fera taper du pied sans forcer. A noter la présence de Stefan Elmgren d’Hammerfall sur le second solo. « Still alive » poursuit dans une béatitude certaine. Un titre encore bien rythmé au refrain imparable, tout comme « Something undefined ». La encore rien à reprocher au groupe qui pratique sa recette avec succès. Il faut dire qu’il commence à avoir de la bouteille les gars (6eme albums en 10 ans). Ce que « Our wasted days » nous confirme à son tour avec un refrain à reprendre en cœur jusqu'à s’époumoner.
Alors là c’est du gros « Outs like a knifes » se la joue pharaon. Une ambiance orientale digne de l’Egypte ancienne. Des invités comme s’il en pleuvait : Jens Johansson au synthé, Henrik Danhage (Evergrey) à la guitare, et surtout Kristoffer Olivius (Nagflar) qui vient poser quelques vocaux trash/death de toute beauté, le tout sur un super titre mid tempo enchanteur. Un petit titre plus enjoué très médiéval à la Kamelot avec « End of our rope » ce qui permet à l’auditeur de se remettre de l’ouragan d’avant. Certes plus simple au premier abord il en demeure quand même un bien bon titre sur lequel notre Jonny excelle (quel coffre et quelle intensité dans son chant : une brute !!)
On reprend avec du gros heavy métal moderne et puissant pour « Never ending » un pur plaisir au refrain calibré pour la scène, poursuivit comme son ombre par « One by one » une nouvelle fois on ne change pas de style et on ne décroche pas de ses charmes. Un groupe qui délivre de vraies compos prenantes et efficaces sans se relâcher. 
Pour terminer « Deliverance » commence par une grosse intro grandiloquente. Petit calme et on attaque la  perle de cet opus, et que dire du refrain une pure merveille. Une fin digne de ce nom, où les orchestrations se marient à merveille avec ce heavy mélodique et enchanteur.   
A noter une très jolie fin.
 
Place au DVD : tout d’abord un documentaire sur un concert avec un orchestre symphonique sympa de voir comme c’est loin d’être évident et aussi comme cela ne marche pas à tous les coups. A la suite un documentaire sur l’enregistrement du dernier opus qui nous permet de bien voir avec quel professionnalisme cela est fait et pour finir le making of du clip « Fools never die »  bien cool pour voir comment cela se passe. Plus quelques images du groupe en dehors (run avec une V max par exemple de quoi de foutre les boules mon cher hatre).
Pour compléter le tout 4 clips sont réunis « Fools never die » « Avalon » « Against the world » et « Awakening »   
 
Conclusion : une nouvelles fois c’est le sans faute pour nos suédois. Un album qui lorgne vers un métal plus mélodique mais toujours puissant et prenant. Un chanteur à la voix magique qui apporte un plus indéniable à cette formation (quoi que certain en dise) et une osmose qui donne ce résultat.
Encore un grand album à acheter sans problème. 
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Vues : 4836 fois