Chronique

MIND TRAVELLER - REALITY LEAVES YOU BEHIND / Auto production 2004

Voilà un groupe qui risque de vous mettre une sympathique claque. Qui sont-ils, d’où viennent-ils ? C’est tout simple : ils sont espagnols et montrent qu’ils savent composer et jouer de bons morceaux. Vous allez me dire encore du symphonique…. Oui il est certain que le marché est inondé de groupes à la Rhapsody ou à la Thy Majestie. Cette formation tire ses influences de ces deux groupes mais aussi de Strato, Helloween ou encore Gamma Ray. Que de bonnes références. Autre chose, le son est de très bonne qualité, ce qui est bien et rare sur une autoprod. Il est temps de se lancer dans cette rondelle hispanique, pour découvrir les entrailles de ses musiciens et de leurs compos.
On attaque avec le titre track « Reality Leaves You Behind », une mise en bouche avec des chants grégoriens et c’est la claque : un passage synthé (Lupa) très puissant et un chanteur (Dani) qui s’arrache, un batteur (Coronel) à la jambe leste, sans parler du reste qui est très bien construit. Le refrain est Helloweenesque, le solo guitare bien speed. Le second titre « Invaders » est dans un registre plus direct est plus agressif. Un petit avion pour décoller et un guitariste survolté, et c’est parti pour un tour dans cet univers où double pédale, et instruments à cordes sont à l’ordre du jour. Les chœurs sont très « space » (par le son de la voix, très électronique). C’est au tour de « A Salve In Paradise » qui cette fois ci met en avant le bassiste (Pablo), un titre un poil plus clame, avec plus de chœurs, nous rappelant les chœurs de Thy Majestie. Nous avons droit à un petit solo synthé/guitare qui est fort appréciable. « A secret In The Darkness » débute avec un ‘Take me faraway’ très entraînant, où nous sentons que je groupe en veut et qu’ils se donnent à fond, le solo guitare ressemble étrangement à un ‘Destiny’ de Stratovarius . C’est reparti dans les terres obscures avec « Dancing In The Dark » : rythmique lourde, ambiance sombre, clavecins, voix plus posée, passage guitare assez joyeux faisant référence au ending theme du film « The Neverending Story ». On repart dans notre quête avec « The Last Raider », ils se la jouent Indiana Jones ? Une rythmique assez calme, dans l’esprit d’une B.O au moment où le héros du film prend sa rouste juste avant de sauver tout le monde…. Un morceau mené dans une ambiance très spirituelle. Voici le dernier titre de cette autoprod ( 7 titres quand même) « The Masque Of Red Death », qui n’est pas le meilleur titre de l’album : les chœurs sont moyens, la rythmique est assez bizarre, et nous avons l’impression que le morceau a été bâclé, même si les effets sonores sont biens posés. Dommage.
Une bonne autorpod de 37 min qui nous laisse présager une possible signature chez un label. Apres tout, les italiens ont bien Rhapsody, nous nous avons Fairyland, pourquoi les espagnols n’auraient pas Mind Traveller ?
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Vues : 4858 fois