Chronique

EMBRYONIC CELLS - DECLINE / Music O Eyes 2020

A la première écoute « Decline » est un disque qui surprend l'auditeur. Non pas qu'il soit mauvais ( loin de là) mais il est tellement différent de son prédécesseur « Horizon » qu'il mérite nombre d'écoutes pour s'habituer au virage musical pris par Embryonic Cells. « Horizon » mêlait post-black et trash. L'on ne retrouve ni l'un ni l'autre dans ce nouvel opus. Deux autres changements notables : l'absence de clavier et une prédominance de chant clair. Le trio aurait pu se reposer sur ses lauriers et nous offrir une sorte de « Horizon » bis. « Decline » explore au contraire de nouveaux territoires musicaux et si on est surpris à la première écoute par une orientation new-wave sur plusieurs morceaux, celle-ci s'avère une grande réussite.

« To pay Our Share » le titre qui ouvre l'album est un très grand morceau. S'il démarre sur un côté metal classique, ultra carré et efficace, il dévie ensuite vers une sorte de dark-wave qui fonctionne à merveille. Les parties vocales sont superbes avec un Max en grande forme. « To Pay Our Share » met de suite dans l'ambiance du disque que l'on imagine sombre et profond. La suite ne nous démentira pas cette impression première.

« Thermageddon » est surprenant car il arrive à mêler black-metal, trash, heavy-metal classique ( avec des riffs ultra 80's) et metal gothique à la Paradise Lost dans un même titre. Ce mélange inédit et pour le moins osé fonctionne pourtant à merveille.

« Devoid of Promise » démarre comme du black classique à la Emperor avant de dévier vers un côté new-wave qui montre que cet album va être des plus aventureux au niveau musical avec un groupe qui ose tout ce qui est déjà beaucoup mais surtout qui réussira tous ces paris osés.

« Alone I Fall » possède un côté majestueux et solennel avec une fois encore un côté dark-wave qui vient cette fois de la voix caverneuse de Max.

Cette orientation new-wave devient encore plus évidente sur « From the Sahadows into Day » qui rappelle beaucoup Killing Joke. Embryonic Cells y mêle un élément post-black qui lui donne une dimension supérieure.

« First Tear » est quant à lui lui du metal pur et dur, dévastateur, efficace et qui ne fait pas de quartier avant que ne déboule « You're So Full Of Fear » deuxième chef d'oeuvre du disque après « To Pay Our Share ». Le groupe l'a choisi comme premier single extrait de l'album et ce n'est vraiment pas un hasard.

L'intro du morceau avec les riffs répétitifs et hynotiques de Max doublé à sa voix caverneuse est absolument sublime. Il y a dans ce titre ce côté lourd, hypnotique et pesant que l'on trouve aussi bien chez Bathory que chez Rotting Christ. Le morceau possède en outre un aspect religieux ou liturgique qui lui confère une force quasi surnaturelle. « You're So Full Of Fear » est tellement sublime qu'à peine terminé, on le réecoute encore et encore. Un must.

« Decline » montre un groupe toujours aussi créatif et inventif. Faire aussi bien que « Horizon » qui était déjà un très bon disque était une gageure. Embryonic Cells a réussi à maintenir le cap de l'excellence tout en se renouvellant musicalement. Chapeau.
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 8/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 4869 fois