Chronique

UCHUU SENTAI NOIZ – EGO-STYLE / Bbmc 2005

Alors là préparez vous car voilà un groupe qui risque de faire parler de lui d’ici peu sur notre territoire. Les voilà venus tout droit du pays du soleil levant avec à leur actif quelques bonnes influences. En effet, si vous aimez X Japan ou encore Sum41, ou bien le style déjanté vous allez adorer ce groupe. Leur style vestimentaire est loufoque et très stylé Bioman / Power Ranger (d’où le mot Sentaï dans le nom du groupe) et leur pseudos sont farfelus : il y a TAKEswiy à la clockwork guitar (force chat rouge), Masato à la hyper sonic guitar (force luke skywalker pilot de x-wing bizarre), Angel-Taka pour le Angel voice (force plume blanche), ‘kanji japonais donc je sais pas’ au super vibrator (force poil noir) et enfin S@tt-on au mix beat creator (force bébé avion jaune). Le petit résumé des présentations étant fini, au tour de la rondelle de se présenter ; sans oublier que c’est le troisième album du groupe quand même.
 
Le premier morceau est écrit en japonais donc je ne pourrais vous dire son nom. L’intro de se morceau se fait très électronique dans un style Mortal Kombat. Ca nous met la patate immédiatement. Le chant arrive et nous rentrons dans un neo heavy metal agressif chanté en japonais bien sur. Le refrain passe très aisément et me fait bouger mon corps. Special sentaï dance on !
Le second morceau se nomme « Cry » et me fait penser à un générique de manga style Full Metal Alchemist ou G.T.O. On sent bien l’influence du groupe L’arc en ciel. Et quelle patate. Un vrai régal pour les otakus.
On enchaîne immédiatement avec « Hero » qui arrive avec un chant clame juste avant une tempête. Quel bonheur. Un petit break, on calme les choses et tout s’emballe sur le refrain. Une bonne inspiration ; et l’effet beat en fond résonne bien, accompagné par une batterie survoltée.
« Fat world » :qu’est ce donc cette chose ? Arrivée avec une guitare électro-acoustique avec un tempo calme et un chant un peu dans une veine rap mais le côté métal reprend le dessus. Le refrain est énorme, calme mais d’enfer. J’adore.
Un nouveau titre écrit en japonais, donc pas de nom. Quoi qu’il en soit l’intro au synthé est excellente, avec en fond une voix féminine. Et bim on rentre dans le vif du sujet avec des passage à la Green Green TV (autre animé japonais) alterné avec un son au synthé assez cool.
Alors là, accrochez vous car niveau délire ce titre est fabuleux. En effet ce « Japan Toy’s Panic » est une vraie merveille. Bien que trop court (43sec) vous allez vous régaler si vous aimez les dessins animés. Un bon medley déjanté où vous pourrez entendre brièvement une parodie du générique des Digimons entre autre.
Autour de « pupa » de se faire entendre. Retour dans un domaine plus sérieux et plus excité. Ca pulse bien, les guitaristes se défoulent, un break pour calmer le rythme et le tout repart à 200 à l’heure pour un méga pogo.
Faites le plein d’air car voilà « CO² ». Petit message style radio pour ouvrir le morceau, ambiance calme à la guitare avec quelques bruits en fond et le tempo monte doucement mais sûrement. Un bon morceau d’eurobeat assez cool. Le tout se poursuit avec un nouvel inconnu mais ça pulse pas mal. Un morceau racé et dans une bonne veine Blink182 / Sum41. Le refrain est simple, efficace, et pour ceux qui ont l’oreille fine, il est assez facile à retenir.
Mais voyons, « Love Doctor » arrive à deux cent à l’heure sans prévenir. Mais ils sont fous, oh oui. Un titre totalement déjanté entre ska et néo métal. Un sacré mélange explosif avec un refrain rempli de TNT.
« 1988 », un nom bien curieux pour une chanson, mais pourquoi pas. Sonorités à la Daft Punk pour l’intro (style aerodynamic) avant l’arrivée du mid tempo restant dans la veine de Daft Punk. Une ambiance assez calme mais space.
On continue avec « Thank You For The Music ». Non ce n’est pas la reprise de l’ex Beatles. C’est un morceau énergique du début jusqu’à la fin qui te fait bouger, chanter (au possible) avant d’arriver dans un refrain d’enfer. L’accélération est énorme et le headbangin ne te lâche pas un brin.
On rentre dans le dernier morceau de la rondelle avec « …PoPs ». Un ending d’enfer, bien agressif qui résume bien l’esprit du groupe à savoir déjanté.
 
Conclusion : Uchuu Sentai Noiz est un groupe qui marche bien au Japon et qui par les temps qui courts risque de faire fort en Europe et en France aux vues de ses influences et de ses compos variées. Si vous êtes fans de japanimation, de métal, de pop ou vous avez un esprit loufoque et déjanté, n’hésitez pas : il vous cet album !!!!
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Vues : 4836 fois