Chronique

SCAR OF THE SUN - INERTIA / Napalm Records 2021

Après Septicflesh, Rotting Christ ou Lucifer’s Child …nous découvrons aujourd’hui un autre groupe metal grec de très grande qualité : Scar of The Sun. Ces derniers ne sont pas des inconnus puisque déjà auteurs de « A Series of Unfortunate Concurrencies » en 2011 puis de « In Flood » cinq ans plus tard.

Sans être véritablement un concept-album, « Inertia », leur nouvel opus s’en rapproche néanmoins beaucoup. La plupart des morceaux du disque traitent d’un même sujet : celui de la grave crise économique qu’a traversé la Grèce il y a de cela quelques années. L’album raconte les doutes, les espoirs et les envolées quasi-révolutionnaires que cette crise engendra. Il est malheureusement assez rare de voir des groupes de metal aussi politisés (même s’il y a quelques exceptions, Sepultura en tête) et cela fait plaisir. D’autant plus plaisir que l’écriture de Scar of the Sun est à la fois incisive, imagée et réaliste. Le groupe dresse ici un bilan sociétal implacable : l’humain n’a plus le contrôle sur quoi que ce soit, les marchés financiers faisant la pluie et le beau temps.

La trilogie « Quantum Leap Zero I,II et III » évoque ainsi de superbe manière ces jours de 2015 où le pays semblait s’engager dans une voie quasi révolutionnaire. C’est probablement du fait de cette thématique qui parle de la violence subie par le peuple grec de la part de la troïka que cet opus est le plus agressif jamais produit par le groupe.

Si l’on trouve encore un côté prog sur quelques titres de l’album (on pense surtout à « Quantum Leap Zero I »), le disque navigue la plupart du temps entre death mélodique, metal-core et djent. Les compos se révèlent toutes de grande qualité. On apprécie également ce mélange réussi dans les parties vocales entre growl et chant clair. Si la scène metal grecque est essentiellement connue pour ses groupes death et black, Scar of The Sun montre que celle-ci est encore plus riche qu’on ne l’imaginait. Le combo nous offre ainsi un metal moderne assez rare dans la scène hellène.

Enregistré au Zero Gravity Studios à Athénes, « Inertia » est un disque dont on ne se lasse pas écoute après écoute. C’est un disque d’une grande richesse musicale et extrêmement inventif.

Ce troisième album aura vu le groupe signer chez Napalm Records. Une signature qui leur ouvrira probablement les portes d’une grande carrière internationale. Ce qui ne serait à l’écoute de ce disque que justice.
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 9/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 5004 fois