Chronique

YNGWIE J MALMSTEEN - PARABELLUM / Mascot records 2021

Après un album composé majoritairement de reprises pour rendre hommage au Blues, notre génie Suédois revient à ce qu’il maîtrise le mieux à savoir le néoclassique. Mûrement réfléchi durant 1 an , à quoi doit on s’attendre.

On attaque d’emblée par « Wolves At The Door », qui retrouve bel et bien le style si caractéristique de notre guitare héros ! Un titre chanté par Yngwie lui-même (comme c’est le cas depuis un moment et cela n’est pas prêt de changer !!) et qui est vraiment dans la plus pure tradition ! Rien d’innovant même le passage classique est du déjà utilisé mais ça fonctionne quand même ! « Presto Vivace in C# minor » est la première instrumentale qui là aussi ne traumatisera pas les fans du maestro tant elle est du pur Malmsteen. A noter que les solos sont quand même mieux travaillés ce qui finalement donne moins cette impression d’impro pas totalement maîtrisée des derniers opus.
On poursuit avec un « Relentless Fury » en mode Mid tempo guerrier. Le chant d’Yngwie est toujours fait avec le cœur et même si ce n’est pas la plus grande voix du circuit elle réussit à faire passer ses émotions. « (Sis Vis Pacem) Parabellum » porte bien son nom tant elle envoie des pieds ! Un acte de guerre qui rappelle les débuts du maître. Ça fait bien longtemps qu’il ne nous avait pas sorti pareille instru !!
Place à la ballade avec « Eternal Bliss », qui reste sympa même si il y a eu mieux dans ce domaine. Un doux moment qui apaise. Puis « Toccata » arrive et retrouve du rythme soutenu en mode descente de manche interstellaire ! Rien de nouveau sous le soleil mais toujours une maîtrise et une rapidité d’exécution hors normes !
« God Particle » reste dans cet esprit de mainte fois entendu, avec ce mid tempo néoclassique à mort, dont il est très difficile d’y trouver quelque chose de nouveau. « Magic Bullet » fonce à fond de balle (oui je sais elle était facile) et livre une instrumentale véloce et intéressante. Ici on ne rigole pas les amis !! Dernier titre chanté avec « (Fight) The Good Fight », qui là aussi envoie des pieds pour notre plus grand plaisir ! Une chanson taillée pour le live assurément !!
On termine avec la longue « Sea Of Tranquility » qui est composée en deux parties et qui fait bien son boulot malgré ses peux de changements.

Conclusion : ne cherchez pas la révolution ici, Yngwie fait du Yngwie, mais cette fois ci il le fait très bien et retrouve sa verve qui avait disparue depuis trop longtemps. Quand notre homme est inspiré et qu’il prend le temps de bosser son sujet on est comblé.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 4632 fois